Page 101 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 101

101Soutenir l’école dans les zones sensiblesmot d’ordre la professionnalisation des enseigne- ments, le Ministre des Enseignements Secondaires a instruit l’Inspection Générale des Enseignements de procéder à une refonte en pro- fondeur des filières et des programmes de forma- tion, en vue d’offrir au Cameroun des jeunes hommes et femmes capables, de par leur forma- tion, de s’insérer harmonieusement dans le monde du travail ou de poursuivre leurs études dans l’Enseignement Supérieur.C’est dans ce contexte que survient, en décem- bre 2011, suivant la volonté du Président de la République, le transfert de l’Enseignement Normal Général au Ministère des Enseignements Secondaires. La démarche qua- lité adoptée comme mode de gestion par le Ministre des Enseignements Secondaires l’a amené à établir un diagnostic de cet ordre d’en- seignement, d’où il est ressorti que l’Enseignement Normal Général n’était pas en accord parfait avec la vision de développement édictée par le Chef de l’Etat. Aussi a-t-il engagé ses proches collaborateurs à entreprendre une réforme générale de ce secteur de formation des formateurs qui vient de lui être confié.Les nouveaux curricula de formation des Instituteurs de l’Enseignement Général et des Instituteurs de l’Enseignement Technique élaborésselon l’Approche Par Compétences (APC) consti- tuent l’un des points d’ancrage de la réforme de l’Enseignement Normal amorcée depuis lors. Les principales innovations de cette approche met- tent un accent particulier sur :n Le développement des compétences ;n La capacité de résolution des problèmesprofessionnels ;n L’évaluation diagnostique, formative, critériée et intégratrice.A travers ces nouveaux curricula, le Ministère des Enseignements Secondaires se propose de for- mer une nouvelle génération d’Instituteurs plus professionnels et prêts à accompagner la mise en œuvre de l’Emergence du Cameroun. Ils sont le résultat d’un travail méthodique qui a intégré l’es- sentiel des aspirations politiques mais également les éléments de l’environnement socioécono- mique du Cameroun. Leur conception a requis l’exploitation du Référentiel de Métier et du Référentiel des Compétences de l’Instituteur préa- lablement élaborés.La formation des instituteurs ne sera plus une formation initiale classique, mais une forma- tion professionnalisante, ayant une relation très directe avec l’exercice effectif du métier d’instituteur pris sous tous ses aspects. A savoir celle d’un éducateur et d’un guide, apte à enseigner, à communiquer, à éduquer, à ana- lyser et à réguler ses pratiques en intégrant les innovations nécessaires.Tous les enseignants et les superviseurs pédago- giques de cet ordre d’enseignement disposent désormais d’un outil qui vient uniformiser la for- mation dans les ENIEG et les ENIET en termes de compétences, ce qui nécessite la mobilisation des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être et des activités associées en vue de la résolution des problèmes professionnels.La présente réforme marque le début d’une ère nouvelle pour l’enseignement normal au Cameroun. Aussi convient-il de mettre un accent particulier sur la formation continue des diffé- rents maillons de la chaîne pédagogique. Pour le compte de l’année budgétaire 2017 cette formation continue sera axée dans les théma- tiques suivantes :n L’enseignement explicite ; n L’éducation inclusive.La maitrise des thématiques susmentionnées va permettre à l’Enseignant de mener de manière efficace les activités d’enseignement, tenant en compte et sans exclusive, de toutes les compo- santes de la société camerounaise nLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   99   100   101   102   103