Page 108 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 108

108Une augmentation constante de la demande de plus de 6%la création et le fonctionnement d’une trentaine d’institutions privées d’enseignement supérieur. La majorité de ces établissements dispense des for- mations à caractère professionnel.LES UNIVERSITESGrâce à l’éclatement de l’université de Yaoundé dont les effectifs étaient devenus pléthoriques par un décret présidentiel du 19 janvier 1993, six universités d’Etat sont nées : Buea, Douala, Dschang, Ngaoundéré, Yaoundé I, Yaoundé II. Par la suite on a assisté à la création de deux autres universités d’Etat : Maroua en 2008 et Bamenda en 2010.Ces universités comportent une centaine de facul- tés classiques (arts, lettres et sciences humaines, sciences économiques et de gestion, sciences juridiques et politiques) de grandes écoles (dont quatre facultés de médecine). Le Cameroun compte également plus de 150 institutions pri- vées d’enseignement supérieur (suite à la libérali- sation du secteur de l’enseignement supérieur, grâce à la loi d’orientation du 16 avril 2001). Le pays dispose en outre d’une zone franche univer- sitaire et de deux universités virtuelles (à Yaoundé) pour la formation des ingénieurs de haut niveau. Le Cameroun compte au total à la rentrée académique 2014/2015, 306 508 étudiants (universités publiques et privées), enca- drés par 5064 enseignants.AMÉLIORATION DES INFRASTRUCTURESL’enseignement supérieur a pour objectif straté- gique de professionnaliser les enseignements et de promouvoir la recherche pour contribuer àl’augmentation significative de la productivité globale de l’économie camerounaise. Les actions menées, à cet effet, portent sur : l’accrois- sement des opportunités de formation ; la structu- ration renforcée de la recherche ; l’amélioration des infrastructures universitaires ; le contrôle de la qualité de la formation.Les activités relatives à l’amélioration des infra- structures ont porté sur :• la construction d’un bloc pédagogique de 1 500 places et la poursuite de la construction d’une bibliothèque de 1 000 places à l’univer- sité de Yaoundé II ;• la réhabilitation du bloc laboratoire, l’achève- ment de construction d’un bloc pédagogique et la réalisation d’un réseau informatique à l’univer- sité de Buéa ;• la construction des salles de classe de la faculté des sciences de l’université de Bamenda ;• l’achèvement de la construction du bloc péda- gogique, de l’amphi 1 400 et d’un bloc admi- nistratif avec une bibliothèque de 3 000 places à l’université de Douala ;• la construction d’un bloc administratif (salle de cours, un amphi 500 de la faculté des lettres et des bureaux) et la poursuite de la construction du laboratoire de la faculté des sciences de l’univer- sité de Ngaoundéré ;• la construction de salles de cours, sous-sol et amphi 1 000 à l’université de Dschang ;• l’acquisition du matériel didactique pour l’ex- ploitation forestière à l’IUT Bois de l’université de Yaoundé I.LA POPULATION ESTUDIANTINE EN HAUSSE CONSTANTEAu cours de l’année académique 2014/2015, le nombre d’étudiants est estimé à 306 508 contre 288 343 en 2013/2014, soit une hausse de 6,3 %. Dans les universités d’Etat, 228 735 étudiants sont encadrés par 5 064 enseignants. Le ratio d’encadrement (étudiants/enseignant) est passé de 44 à 45 en moyenne. L’université de Yaoundé II continue tou- jours à présenter les ratios les plus élevés. Les huit universités d’Etat ont produit 38 633 diplômés en 2014 et les 173 institutions privées 11 484.La rentrée académique 2015/2016 connaît l’ouverture de plusieurs facultés et écoles dans les universités d’Etat : les facultés des lettres et sciences humaines, des sciences juridiques et politiques, des sciences économiques et de ges- tion à l’université de Bamenda ; la faculté des sciences juridiques et politiques à l’université de Maroua ; l’Ecole de génie chimique et des indus- tries minérales à l’université de Ngaoundéré.LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   106   107   108   109   110