Page 117 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 117

Dans le cadre de la mise en place intégrale des structures de l’UA prévue dans l’acte constitutif, Yaoundé a été retenu pour abriter le siège du Fonds monétaire africain (FMA) ; le protocole d’accord sur le Comité de pilotage de sa mise en œuvre a été signé.Le Cameroun s’implique également beaucoup dans les actions de l’Union africaine visant à pro- mouvoir la paix et la sécurité en Afrique. Les fruits de cet engagement sont perceptibles. C’est ainsi que la ville de Douala a été choisie en décembre 2010 (au cours de la session du comité de défense et de sécurité de l’UA), pour abriter la base logistique continentale (BLC) des forces afri- caines en attente de l’UA. Cette décision a été entérinée par la conférence des chefs d’Etat, en janvier 2011. Le processus devant mener à l’opé- rationnalisation de cette BLC est enclenché. Des séminaires se sont tenus à Douala, à cet effet.LA CEMAC ET LA CEEACAu niveau de la sous-région d'Afrique Centrale, le Cameroun est membre de deux organisations :n La CEMAC (Communauté Economique et Monétaire d'Afrique Centrale)n La CEEAC (Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale)LA CEMACLes chefs d'Etats de l’ex-zone UDEAC, (Union Douanière des Etats d'Afrique Centrale), en signant en 1994 à N'djamena le traité de la Communauté Economique et Monétaire des Etatsde l’Afrique Centrale inauguraient un nouveau concept d'intégration économique. Par le biais de deux unions, l’Union Economique de l’Afrique Centrale (ueac) et l’Union Monétaire de l'Afrique Centrale (umac), les Etats membres entendaient passer d'une situation de coopération à un pro- cessus accéléré d'intégration économique et monétaire. Divers textes ont complété le traité de 1994 dans les domaines institutionnel, juridique et communautaire.La CEMAC qui regroupe six Etats de la sous- région (Cameroun, Tchad, RCA, Guinée Equatoriale, Gabon, Congo Brazzaville ), se propose non seulement de renforcer l'intégration économique entre ces pays mais aussi de favori- ser la circulation des hommes et des biens au sein de cet espace. Pour ce faire, la communauté dispose d'une unité monétaire commune (le Franc CFA d'Afrique Centrale ) dont l’émission a été confiée à la Banque des Etats d'Afrique Centrale (beac) qui a son siège à Yaoundé. La BEAC, en liaison avec les différentes agences nationales, conduit la politique monétaire et émet la mon- naie qui a cours légal et pouvoir libératoire dans la zone CEMAC. Elle contrôle les opérations de change avec l’extérieur et veille au bon fonction- nement des systèmes de paiement. Le Franc CFA est rattaché, par l’intermédiaire du trésor fran- çais, à l'Euro avec lequel il jouit d'une parité fixe.DE NOMBREUX CHANTIERSDepuis une quinzaine d’années, les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté écono- mique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) s’étaient engagés à mettre en œuvreSiège de du Parlement Communautaire de la CEMAC à Malabo, en Guinée EquatorialeLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN117


































































































   115   116   117   118   119