Page 118 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 118

118LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUNun ambitieux programme de réformes institution- nelles visant une accélération de l’intégration : meilleure circulation des hommes, lancement d’une compagnie aérienne communautaire « Air CEMAC », renforcement des infrastructures rou- tières et des échanges intra-communautaires. Au fil des ans, la machine s’est malheureusement grippée en raison des égoïsmes nationaux.En effet, afin de créer un véritable espace intégré de la zone CEMAC, les chefs d’Etat et de gou- vernement avaient décidé de rendre effective la libre circulation des personnes par l’émission des passeports biométriques CEMAC. Malgré tout, certains pays continuent d’exiger des visas d’en- trée aux membres de la communauté dont les procédures d’obtention constituent un véritable chemin de croix.S’agissant du lancement de la compagnie com- munautaire aérienne Air CEMAC, il a été ren- voyé aux calendes grecques. La réalisation du Programme économique régional avance très lentement, la décision de mettre fin à la cohabi- tation de deux marchés financiers dans la zone : Douala et Libreville n’est toujours pas effective.LA CEEACLe Cameroun est également membre de la Com- mission économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) créée le 18 octobre 1983 à Libreville (Gabon), en application des recommandations du plan d’action de Lagos (Nigeria) d’avril 1980,relatives à l’établissement graduel d’un marché com- mun africain. Les autres membres de la CEEAC sont :l’Angola, le Burundi, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la RCA, la RDC, Sao Tome et Principe, le Tchad.L’un des chevaux de bataille de la Commission Économique des Etats de l’Afrique centrale CEEAC est de favoriser la libre circulation des personnes au sein de son espace, un combat qui est loin d’être gagné.Par ailleurs, il est attendu de certains Etats-mem- bres de ratifier ou d’adhérer à la convention de coopération et d’entraide judiciaire entre les Etats- membres de la CEEAC ; de ratifier ou d’adhérer à l’accord de coopération en matière de police criminelle ; de créer systématiquement des cou- loirs d’entrées CEEAC dans les aéroports et postes frontaliers et les rendre opérationnels ; de communiquer entre eux, et au secrétariat général, leurs actes légaux et réglementaires nationaux relatifs aux postes frontaliers homologués.UNE POLITIQUE DE BON VOISINAGELe préambule de la Constitution camerounaise affirme la volonté du pays "d'entretenir avec les autres Nations du monde des relations paci- fiques et fraternelles". Le Président Paul Biya, pour sa part, a maintes fois souligné son attachement à la paix, convaincu que celle-ci est inséparable de la stabilité intérieure et du développement.Le Cameroun s’implique beaucoup dans les actions de l’Union africaine visant à promouvoir la paix et la sécurité en Afrique


































































































   116   117   118   119   120