Page 121 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 121

121• Démarcation de la frontière terrestre entre les deux pays ; ainsi que la démilitarisation de la péninsule de Bakassi ;• Retrait de l’administration civile et des forces mili- taires et de police et transfert d’autorité dans les zones concernées situées le long de la frontière ;• Protection des droits des populations concer- nées dans les deux pays ;ainsi que la réactiva- tion de la commission du Bassin du Lac Tchad.• Elaboration de projets visant à promouvoir les entreprises économiques conjointes entre les deux pays et la coopération transfrontalière ;Pour atteindre ces objectifs, la commission a établi une sous-commission de la démarcation adjointe d’une équipe technique mixte, et une sous-commis- sion des populations concernées, ainsi que diffé- rents groupes de travail ad hoc relatifs à la pénin- sule de Bakassi et à la frontière maritime.Un personnel d’observation, chargé de suivre la mise en œuvre du retrait des administrations et d’aider les opérations de démarcation a égale- ment été mis en place.Après le retrait des troupes nigérianes de Bakassi et le transfert d’autorité au Cameroun, Yaoundé doit relever deux importants défis. Il s’agit de met- tre en valeur cette péninsule en y construisant des routes, des écoles, des structures sanitaires et en préservant la paix entre Camerounais et Nigérians qui ont choisi de continuer à vivre dans la zone. A ce sujet, il convient de rappeler que lors de la signature de l’accord de Greentree, le Cameroun s’est engagé à assureraux ressortissants nigérians l’exercice des liber- tés et droits fondamentaux consacrés par le droit international.LE CAMEROUN ET LA FRANCOPHONIEDans le cadre de sa politique d’ouverture sur le plan international, le Cameroun, membre asso- cié de l’Agence de coopération culturelle et tech- nique (ACCT) depuis 1975, est devenu depuis le 19 novembre 1991, grâce à l’impulsion person- nelle du chef de l’Etat, S.E. Paul Biya, membre à part entière de la grande famille francophone.Depuis lors, le Cameroun entretient une coopéra- tion suivie avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans les domaines poli- tique, économique, social, culturel et technique. Sur le plan politique, contrairement aux autres pays francophones d’Afrique, le Cameroun a adhéré relativement tard à la Francophonie. Cette évolution s’explique par des raisons de politique intérieure et d’équilibre entre les deux grandes communautés linguistiques nationales (anglophone et francophone).Depuis son adhésion à l’OIF, le Cameroun a par- ticipé au plus haut niveau à tous les sommets de la Francophonie, encore appelés conférences des chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage ; à toutes les confé- rences ministérielles et sectorielles (Jeunesse et Sport, Education nationale, Enseignement supé- rieur et Recherche, Justice, Communication).Dans le domaine institutionnel, la coopération entre le Cameroun et la Francophonie est dense. Dans le volet parlementaire, le Cameroun a abrité trois sessions de l’assemblée parlementaire de la Francophonie en 1998, en 2007, ainsi qu’en 2013 lorsque Yaoundé a accueilli du 8 au 9 mai la XXIe assemblée régionale Afrique de l’APF. En matière d’appui au processus démocra- tique, l’OIF a envoyé les missions d’observation électorale dans le cadre des élections présiden- tielles, législatives et municipales de 1997, 2004, 2011 et 2013.L’Association internationale des maires franco- phones (AIMF) contribue au renforcement des capacités des administrations et des élus locaux ainsi qu’au développement des infrastructures sani- taires et de la gouvernance environnementale. Par ailleurs, l’OIF a apporté son appui au Conseil national de la décentralisation (équipement et for- mation du personnel à la gestion axée sur les résul- tats), à la modernisation des services municipaux de l’état civil et aux finances des collectivités (ges- tion budgétaire de l’ordonnateur et paie du per- sonnel) des villes de Douala et de Yaoundé.Dans le volet de la justice, l’OIF apporte son sou- tien au projet d’élaboration d’un plan national de modernisation de la justice camerounaise, à laLe Présedent Biya et son homologue de la Guinée Équatoriale Mr. Teodoro Obiang NguemaLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   119   120   121   122   123