Page 127 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 127

127COOPÉRATION AVEC L’UNION EUROPÉENNEHistoriquement rataché aux pays européens, le Cameroun a toujours entretenu des relations impor- tantes et diversifiées avec la Communauté Economique Européenne (CEE), devenue par la suite Union Européenne (UE). Ces relations sont anciennes et variées, il convient de rappeler que c'est à Yaoundé qu'ont été scellés les premiers accords d'associations des Etats ACP avec la CEE (Yaoundé 1: 1963/69). C'est encore dans la capitale camerounaise qu'ont été signés les accords de Yaoundé II (1969/75) qui ont apporté aux Etats ACP et en particulier au Cameroun une aide importante dans une multitude de domaines.Les accords suivants (de Lomé 1 à Lomé V) ont élargi et amplifié les interventions de la CEE. En ce qui concerne le Cameroun, ses produits comme ceux des autres pays ACP, bénéficient d'un accès libre au marché européen. Pour certains produits (comme la banane), cet accès est limité à des contingents précis. L'Union Européenne est de loin le principal partenaire commercial du Cameroun. La coopération euro- péenne qui s'ajoute à la coopération bilatérale avec les membres de l'Union, tient également une place importante dans les relations de ce type que Yaoundé entretient avec l'extérieur.Pour ne citer que les principaux domaines de cette coopération, elle concerne les infrastruc- tures de communication, les équipements sociaux (santé, éducation), l'industrialisation (à travers la Banque Européenne d'Investissement et le CDI), l’appui aux actions de privatisation, la restructu- ration des filières café et cacao, le développe- ment du monde rural (programmes de dévelop- pement locaux et transferts stabex).Les transferts STABEX sont devenus, ces dernières années, un instrument de coopération important. Ils ont permis de compenser les pertes de recettes sur les exportations de café, cacao et de bananes, tou- chées par les fluctuations des cours sur les marchés mondiaux. La coopération avec l’Union Européenne s'est également étendue à la politique d'ajustement structurel, ses interventions étant coordonnées avec celles du FMI et de la Banque Mondiale.185 MILLIARDS POUR LE ONZIÈME FEDTenant compte des exigences de lutte contre la pauvreté consignées dans le Document de straté- gie pour la croissance et l’emploi (DSCE) confor- mément aux recommandations de consensus euro- péen sur le développement, le Cameroun a choisi d’orienter prioritairement les ressources de l’enve- loppe A du 11eme FED (période 2014-2020) d’un montant indicatif de 185 milliards de FCFA vers deux domaines de concentration qui sont :n La gouvernance (respect des droits de l’homme, promotion de la démocratie, croissance inclusive) ;n Le développement rural.Les deux domaines ont pour leitmotiv : rendre la vie meilleure pour les Camerounais. Mais c’est le second point d’ancrage, le monde paysan, qui consommera le gros du budget : 63 % du total. L’objectif dans ce domaine est de participer à l’équi- librage du développement du territoire et de l’ins- crire dans la durée. Il y sera aussi question de crois- sance économique inclusive ; ce qui signifie prosaï- quement que l’UE se souciera de poser des actes qui permettront aux plus humbles de ressentir dans leur quotidien le changement social et économique provoqué par les programmes mis en œuvre.C’est le 28 octobre 2014 que Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre camerounais de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, et l’ambassadeur Françoise Collet au nom de l’Union européenne (UE), ont signé à Yaoundé, le cadre indi- catif dans lequel devra s’exécuter, de 2014 à 2020, le 11e Fonds européen de développement (FED). Le financement de ce programme de 185 milliards de FCFA consenti par Bruxelles au profit de Yaoundé s’inscrit dans le sillage de ce qu’a déjà fait le FED au Cameroun, complète les programmes nationaux et bilatéraux de coopération, tout en s’imbriquant dans les actions similaires de l’UE en Afrique centrale.ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE, LA POMME DE DISCORDERéunis en décembre 2012 à Malabo en Guinée équatoriale, à l’occasion de leur 7e sommet, les chefs d’Etat et de gouvernement du groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) ont appelé à une redéfinition de la relation ACP-Union euro- péenne (UE). La pomme de discorde ce sont les accords de partenariat économique (APE) avec l’UE, puis les enjeux commerciaux.La coopération avec l’Union Européenne est ancienne et variéeLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   125   126   127   128   129