Page 130 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 130

130LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUNrespectifs, la coopération sino-camerounaise s’est densifiée au fil des ans. Au point que l’axe Beijing-Yaoundé, au-delà de fréquents échanges de bons procédés et d’usages protocolaires, apparaît comme un modèle de coopération entre un pays du Sud et un pays émergent.A ce jour, la coopération sino-camerounaise repose sur un cadre juridique constitué d’une tren- taine d’accords. La Chine et le Cameroun appar- tiennent aux organisations internationales et regroupements dont : l’ONU, le groupe des non- alignés, le groupe des 77 et l’OMC. A ce titre, les deux pays ont une similitude de vues sur les grands problèmes internationaux notamment sur la détente et la sécurité internationales, le désar- mement, la résolution des conflits par des moyens pacifiques et le dialogue, la recherche d’un nou- vel ordre économique et international.Les échanges de visites de haut niveau ont été par- ticulièrement intenses entre les deux pays depuis l’accession du président Paul Biya à la magistra- ture suprême. C’est ainsi que l’ancien président de la République populaire de Chine Hu Jantao a effectué une visite officielle au Cameroun. Quant au président Paul Biya, il a déjà effectué cinq visites officielles en Chine. Les relations sino-came- rounaises sont d’autant plus confiantes que de nombreuses entreprises chinoises contribuent à la mise en œuvre des Grandes Réalisations, grâce à une participation à de nombreux grands projets : construction du port en eau profonde de Kribi, des barrages hydro-électriques de Lom Pangar, de Memve’ele, de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala.ÉTATS-UNIES-CAMEROUN : ON SE COMPREND MIEUXAncienne et diversifiée, la coopération entre le Cameroun et les Etats-Unis a été intensifiée à l’occasion du premier sommet Afrique-Etats- Unis organisé en août 2014 à l’initiative du président Barack Obama. Les assises aux- quelles a pris part le président Paul Biya ont permis de relever une convergence de vues entre Yaoundé et Washington sur de nombreux sujets d’intérêt commun.Inséparables, la paix et la sécurité sont considé- rées par les deux pays comme des préalables incontournables, le socle de toute véritable poli- tique de développement et de progrès social. Sur ces questions cruciales, Yaoundé et Washington sont totalement en phase. Ce qui explique et jus- tifie une coopération soutenue entre les deux par- ties dans ces domaines. Avec comme point d’orgue, la contribution américaine à la forma- tion de militaires camerounais notamment dans les secteurs de la lutte contre le banditisme, de la sécurité maritime, ainsi que dans les opérations de maintien de la paix.En matière de démocratie et de gouvernance, il convient de relever que le Cameroun s’est investi depuis des années sous l’impulsion du président Paul Biya dans le chantier de l’enracinement de la démocratie et de la consolidation de l’Etat de droit. Un processus caractérisé par une modernisa- tion constante des institutions, une meilleure prise en compte des droits de l’homme, un perfectionne- ment du système électoral, une lutte acharnée et sans relâche contre la corruption et les auteurs d’actes portant atteinte à la fortune publique.Dans ce registre, la création et la mise en œuvre il y a peu d’une juridiction nouvelle, le Tribunal criminel spécial (TCS) a suscité un intérêt certain, côté américain, pour cette opération « mains pro- pres » qui vise à restaurer le culte du respect de la chose publique. Avec déjà des résultats pro- bants. De même, l’entrée en scène de l’organe indépendant en charge de l’organisation, du contrôle et de la supervision des élections, ELE- CAM, a suscité une profonde décrispation poli- tique dans le triangle national. Ces avancées démocratiques palpables ont contribué à dissiper bien des malentendus, à aplanir des divergences entre Yaoundé et Washington. Dans cette mou- vance s’inscrit la visite en février 2012 à Yaoundé de Mme Eileen Chamberlain Donahoe, représentante des Etats-Unis auprès du Conseil de l’ONU pour les droits de l’homme à Genève.Dans le secteur du commerce et des investisse- ments, même si le volume des échanges entre le Cameroun et les Etats-Unis connaît une tendance haussière depuis 2011, il se situe cependant en deçà du potentiel des deux économies. L’un des principaux handicaps étant le nombre limité de produits échangés : cacao, bois, tabac, pétrole.Les Présidents Paul Biya et Barack Obama en compagnie de leurs épouses respectives


































































































   128   129   130   131   132