Page 167 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 167

167LE PORT AUTONOME DE DOUALAPour l’heure, il représente plus de 90 % du trafic maritime national, avec plus de 11 millions de tonnes en 2015 dont 75% à l’importation et 25% tonnes à l’exportation. Il reçoit dans l’année quelque 3300 navires dont près de 1200 pour le long cours, les 21000 autres navires se déploient sur le cabotage et la pêche. Situé à 50 km de l’océan Atlantique, le port de Douala présente quelques limites, notamment la faible capacité portuaire (7 m de tirant d’eau, fort niveau de congestion portuaire), des délais de passage des conteneurs élevés en comparaison à d’autres pays similaires. Par ailleurs, le temps d’immobilisation excessif des navires, les retards dus à la congestion portuaire et la durée de séjour des conteneurs au port font grimper les coûts de transport, et déterminent par conséquent le choix d’accostage d’un navire. Aussi, c’est pour améliorer les capacités portuaires du Cameroun que le port de Kribi a-t-il vu le jour.LE PORT EN EAU PROFONDE DE KRIBIIl est construit sur un site de 26 000 hectares. Il est constitué du port général avec un tirant d’eau de 16 m, qui comprendra un terminal conteneurs de 400 000 EVP dès sa première phase, 800 000 EVP à terme, un terminal aluminium (1,5 mil- lion de tonnes d’alumine et 1,5 million de tonnes d’intrants divers), un terminal hydrocarbures (3 millions de tonnes) et un terminal polyvalent (2 à 3 millions de tonnes).A cela, s’ajoutera un trafic de transbordement (200 000 EVP), l’appontement minéralier est prévu pour faire transiter 35 millions de tonnespar an d’exportation du minerai de fer. Il est éga- lement annoncé un trafic de 3,5 millions de m3 de gaz naturel liquéfié (projet SNH/GDF-Suez) et un trafic d’environ 2 millions de tonnes d’ex- portation d’alumine (Projet CAM Alumina).Le port en eau profonde de Kribi se positionne ainsi au niveau local comme un levier de facilita- tion des exportations des hydrocarbures, de la bauxite, du fer. Unique port disposant d’un tirant d’eau de 16,1 m (au-delà de la norme des 14,5 m), le port de Kribi offre la possibilité aux plus grands navires d’accoster. C’est un atout indénia- ble dans la mesure où l’avenir de l’industrie du transport maritime est résolument tourné vers les navires de grands tournages.Il viendra combler les insuffisances accusées par le port autonome de Douala, comme l’indique le tableau précédent. Toutefois, la position spatiale du port de Kribi par rapport au pôle industriel du Cameroun (Douala) constituera un élément d’ar- bitrage du choix du port par les entreprises, notamment en termes de coût de transport. Dans cette optique, le développement des axes rou- tiers entre Kribi et Douala s’impose, afin de fluidi- fier le trafic et réduire les coûts de transport.Comparaison des capacités portuaires de Douala et KribiSPÉCIFICITÉSTirant d’eauSuperficieCapacité conteneuriséeLinéaire de quaiDOUALA9 m1000 ha200 000 EVP600 mKRIBI16,1 m26 000 ha400 000 EVP700 mUne vue du nouveau port en eau profonde de KribiLE PORT AUTONOME DE LIMBEPort de mer de 12 m de tirant d’eau à dévelop- per. Il est muni d’un réseau ferroviaire, de quatre postes de mouillage, de deux phares côtiers et des magasins.LE PORT AUTONOME DE GAROUAPort fluvial à développer.TRANSPORT FLUVIAL ET LACUSTRELe transport fluvial et lacustre s’est fortement développé dans les régions où les fleuves et les lacs sont navigables. Il constitue ainsi le moyen de communication le plus important dans la mobilité des personnes de ces régions et le seul secours permettant d’assurer la mobilité de leurs biens. Mais ce mode de transport est encore pénalisé par les mauvaises conditions d’accos- tage, de chargement et déchargement, du manque de quais aménagés, qui provoquent souvent une détérioration et une perte impor- tante des marchandises.LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   165   166   167   168   169