Page 213 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 213

213AgricultureINTRODUCTIONMalgré un environnement défavorable, l’économie camerounaise en 2014 a fait preuve de résilience grâce à la diversité de sa base productive. Les per- turbations provoquées par la secte Boko Haram ont été circonscrites à la région de l’Extrême-Nord. Cette résilience a résisté en 2015-2016.La production du secteur primaire a augmenté de 4,7 % en 2014 contre 3,7 % en 2013. Ce sec- teur a représenté 20,4 % du PIB et a contribué pour un point à la croissance contre 0,8 point en 2013. On a observé une forte poussée des expor- tations des produits de rente au premier trimestre 2015 et du bois au premier semestre, ce qui a été de bon augure pour le secteur sur toute l’année.Les politiques de développement du secteur rural restent axées entre autres sur : l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des filières ; la modernisation des infrastructures du monde rural et l’accroissement de la production ; la ges- tion durable des ressources naturelles.LES CULTURES D’EXPORTATIONLa production de l’agriculture industrielle et d’ex- portation s’est accrue de 2,9 % en 2014 après 6,9 % en 2013. Elle concerne essentiellementles produits de rente à savoir : cacao, cafés, caoutchouc, coton, banane et huile de palme.CACAOEn 2014, la production du cacao a progressé de 2,3 % pour se situer à 281 196 tonnes. Les exportations sont restées quasi stables malgré la hausse de 25 % des cours mondiaux. Au premier trimestre 2015 et en glissement annuel, les quan- tités exportées grimpent de 64 % ; l’écoulement de la production de 2014 retardé par la satura- tion du port de Douala pourrait expliquer ce saut.Les actions menées pour accroître la production ont concerné : l’acquisition et la distribution de 5,4 millions de plants de cacaoyer ; l’appui à 938 organisations de producteurs en produits et équipements phytosanitaires pour le traitement de 46 430 ha de vergers ; la création de 380 ha de plantations dans le cadre du Projet d’appui à l’installation des jeunes agriculteurs.CAFÉSEn 2014, la production du café arabica a pro- gressé de 14,6 % après une chute de 30 % en 2013, pour s’établir à 8 020 tonnes. Celle du café robusta, en baisse de 19,2 % en 2013 a crû de 19,2 % pour se situer à 37 115 tonnes.LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   211   212   213   214   215