Page 216 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 216

216LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUNLES CULTURES VIVRIERESEn 2014, l’agriculture vivrière a enregistré une croissance de 4,2 %. Les projets et programmes ont mis l’accent sur l’encadrement des agricul- teurs et la distribution du matériel végétal et des engrais afin d’accroître la production.MAÏSLa production du maïs s’établit à 2 062 952 tonnes en 2014, en hausse de 5,9 % par rap- port à 2013. Cette spéculation a bénéficié de la mise à la disposition de 8 920 tonnes de semences-souches aux multiplicateurs de semences, de 12 214 tonnes de semences de base et de 952,3 tonnes de semences de com- posites aux producteurs de maïs. Par ailleurs, 8 346 ha de champs semenciers et 1 504 ha de plantations ont été créés, de même que 30 tonnes de semences hybrides ont été distribuées.RIZ PADDYLa production de riz paddy a progressé de 5,9 % pour atteindre 201 090 tonnes en 2014. Concernant la riziculture des bas-fonds, 251 tonnes de semences certifiées ont été produites, 249 ha de champs semenciers créés, 90 ha de bas-fonds mis en place et 20 magasins de stockage construits. S’agissant de la riziculture pluviale, le Projet de développement de la rizicul- ture pluviale a permis de produire et de distribuer 361 kg de semences de pré- base, 2 236 tonnes de semences de base et 7,7 tonnes de semences certifiées. Le projet a formé et sensibi- lisé 12 274 producteurs sur les techniques de production du riz et les principes de gestion et d’éducation financière.La production de coton s’est accrue de 14,3 %RACINES ET TUBERCULESEn 2014, la production de manioc s’est située à 4 600 707 tonnes, en hausse de 2,2 % par rap- port à 2013. L’accompagnement des produc- teurs se poursuit pour une meilleure appropriation des techniques culturales. Par ailleurs, 50 ha de parcs à bois de manioc ont été mis en place.La production de pomme de terre est restée quasi stable par rapport à 2013. Toutefois, les projets et programmes ont permis d’acquérir 200 tonnes de semences de base, de produire et de distri- buer 225 tonnes de semences de qualité, de créer 100 ha de plantations et de former 1 758 agriculteurs aux itinéraires techniques de produc- tion intensive.Le développement du secteur doit se faire aussi par de moderniser des matériels


































































































   214   215   216   217   218