Page 223 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 223

223Les atouts de l’agriculture camerounaise sont nombreuxn Renforcer les capacités des jeunes agriculteurs.Envisagée aussi :n La création de nouveaux pôles de développement agricole dans toutes les régions du Cameroun ;n L’installation de 6000 jeunes agriculteurs sur les 30 sites aménagés par l’Etat ;n L’appui à l’installation des jeunes diplômés des écoles de formation du MINADER ;n L’intensification de l’appui des jeunes installés sur leur propre domaine foncier.PROJET D’INVESTISSEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DES MARCHÉS AGRICOLES (PIDMA)Le Projet d’Investissement et Développement des Marchés Agricoles (PIDMA) est une initiative conjointe de la Banque Mondiale et du Gouvernement Camerounais dont la vision est d’amélioration la productivité et la compétitivité des chaînes de valeur du maïs, manioc et sor- gho, et d’accroître la production pour répondre à la demande des matières locales exprimée par les Agro-business.Le PIDMA interviendra dans tous les segments des chaînes de valeur, renforçant ainsi les rela- tions fonctionnelles entre la production, la trans- formation et la mise en marchés. La préparation de ce projet par le Gouvernement du Cameroun a débuté depuis le mois de mars 2013, avec lacollaboration de la Banque Mondiale et des par- tenaires impliqués. Il s’agit donc pour ce projet, de contribuer à l’amélioration de la sécurité ali- mentaire et satisfaire la demande quantitative et qualitative en produits agricoles de l’Agro-busi- ness privé (agro-industries, petites et moyennes entreprises/industries, grossiste, etc.).L’Objectif de Développement du Projet est d’ac- croître l’offre et la valeur ajoutée des produits du manioc, maïs et du sorgho issus des bénéficiaires que sont les fermes agricoles, les coopératives et les petites et moyennes entreprises agricoles. De manière spécifique, il s’agira de :• Promouvoir un mécanisme de « Partenariat Economique » direct et durable entre organisa- tions de producteurs (OP) et acheteurs, principa- lement le secteur privé de l’agro-business pour améliorer leur accès aux marchés ;• Financer des sous-projets des OP pour améliorer l’accès des producteurs à des technologies agri- coles plus performantes, à des intrants de qualité et à des infrastructures publiques de base ;• Améliorer l’accès des OP et de leurs membres au financement rural.Ce projet prévu pour une durée de 4 ans com- porte trois composantes à savoir :n Composante 1 : Appui à la production, la transformation et la commercialisation ;n Composante 2 : Renforcement des capacités et appui institutionnel aux services publics ;n Composante 3 : Coordination et Gestion du Projet.DES FORMATIONS MULTIPLESToujours au profit des jeunes, le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINA- DER) a mis sur pied, çà et là à travers le pays, un certain nombre d’institutions de formation aux métiers de l’agriculture. On compte ainsi de nombreux collèges régionaux d’agriculture, des écoles techniques d’agriculture, des écoles pour la formation des spécialistes en coopération, des spécialistes en développement communau- taire, et des spécialistes en équipements et amé- nagements ruraux.Au bout de deux ans, ces institutions forment des techniciens supérieurs en entreprenariat agro-pas- toral, en conseil de développement agro-pasto- ral, en infrastructures, équipements ruraux et gestion de l’eau.Ces métiers proposés aux jeunes s’inscrivent dans une volonté politique plusieurs fois affirmée par le sommet de l’Etat camerounais d’intéresser la jeunesse, fer de lance de la Nation, aux métiers de la terre nLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   221   222   223   224   225