Page 236 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 236

236LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUNMinistère des Forêts et de la FauneLe Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) a pour principale mission d’assurer une exploitation durable des ressources forestières et fauniques du Cameroun...L’IMPÉRATIF DE LA GESTION DURABLELe Cameroun a fait de la gestion durable de ses écosystèmes l’un des piliers de sa politique natio- nale. Il faut rappeler que le pays fait partie du massif forestier du Bassin du Congo. A ce titre, il est doté d’une impressionnante diversité biolo- gique. Sa superficie forestière est d’environ 22 millions d’hectares, soit 41% du territoire natio- nal, avec environ 12 millions d’hectares classés en forêt de production ou de conservation.Le Cameroun est couvert par les trois grandes zones écologiques rencontrées en Afrique, à savoir : la zone sahélienne, comprise entre les régions du Nord et de l’Extrême-Nord ; la zone de savane, qu’on retrouve dans les régions de l’Adamaoua, del’Ouest et du Nord-Ouest ; et enfin la zone fores- tière, répartie dans les régions du Centre, de l’Est, du Littoral, du Sud et du Sud-Ouest. Cette représen- tation écologique africaine fait la particularité des écosystèmes forestiers du Cameroun.Depuis le Sommet de Rio de 1992, le Cameroun s’est doté régulièrement d’un cadre organique chargé de la gestion des ressources forestières et fauniques, et d’une politique forestière codifiée par la loi du 20 janvier 1994. Cette loi est aujourd’hui en révision pour lui permettre d’être de plus en plus innovante. Reparlant des ressources, elles sont pour la plupart commercialisées hors de leur zone de collecte et très souvent, dans les différents mar- chés nationaux, régionaux et internationaux.LÉGALITÉ RENFORCÉEEt pour renforcer la légalité de ses produits fores- tiers, le Cameroun a ratifié en 2011 un Accord de Partenariat Volontaire (APV/FLEGT) avec l’Union Européenne, principal client du bois camerounais. Dans le même ordre d’idées, le Président de la République a instruit en 2016 l’incinération de 2000 défense d’éléphants et de 1700 produits dérivés saisis. Autant de signaux qui marquent l’engagement du pays à dévelop- per ce secteur d’activités, dont l’importance économique a été réévaluée en 2013 à travers une étude scientifique réalisée par le Centre de Recherches Forestières Internationales, sous l’égide du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF). Etude qui a montré que le secteur Forêt-Faune représente 4% du PIB national et constitue la troisième source de revenus de l’Etat après l’agriculture et le pétrole.Des innovations portées par la loi de 1994 sont à l’origine de ce développement rapide du sec- teur. Cette loi distingue en effet le domaine fores- tier permanent du domaine forestier non perma- nent. Le domaine forestier permanent comprend les forêts domaniales appartenant à l’Etat et les forêts communales appelées à être classées en forêts de production.Les services du Ministère des Forêts et de la Faune à Yaoundé


































































































   234   235   236   237   238