Page 242 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 242

242LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUNS’agissant de l’aquaculture, 5 000 tonnes de poissons ont été produites dans les unités sui- vies. Ce résultat découle notamment de : la vul- garisation des nouvelles techniques de produc- tion (élevage en cage, élevage en circuit fermé...) ; la mise à disposition des kits de pis- ciculture à certaines écloseries modernes, la réhabilitation de certaines stations aquacoles, la construction de trois écloseries modernes de production des semences de qualité et la créa- tion de quatre unités-pilotes de production de poisson ; le renforcement des capacités d’envi- ron 200 acteurs.STRATÉGIE POUR ACCROÎTRE LA PRODUCTIONLa stratégie du gouvernement pour combler le déficit de la production nationale comprend deux leviers : la pêche de capture et l’aqua- culture. Le premier levier qui vise à augmenter les productions des pêches de capture consiste à favoriser l’insertion des nationaux dans l’exploitation des ressources halieutiques tant au niveau continental que maritime. Le deuxième levier vise à développer l’élevage de poissons à travers l’intensification de l’aquaculture à petite échelle. Pour ce faire, le gouvernement encourage la réhabilitation de nombreux étangs abandonnés. En ce qui concerne le développement des ressources humaines, il existe déjà au sein de l’université de Douala, l’Institut des sciences halieutiques basé à Yabassi.Un Institut des arts et métiers nautiques et la pêche va aussi ouvrir ses portes à Limbe. Quant aux centres de formation zootechnique vétérinaire et halieutique de Foumban, et aux centres de formation des jeunes pêcheurs à Debunscha (Sud-Ouest) et à Bonamatoumbé (Littoral) ils sont opérationnels. Pour améliorer la disponibilité en alevins, les stations aqua- coles de Bamessing et de Foumban ont redé- marré leur production. Pour compléter ce dis- positif, un projet de promotion de l’aquaculture en zone CEMAC, piloté par la commission de bétail, de la viande et des ressources halieu- tiques (CEBEVIRHA) va démarrer au Cameroun et concerne les régions de l’Adamaoua, du Centre, du Sud et de l’Est.L’APPORT DES BARRAGESD’un autre point de vue, la mise en eau des futurs barrages hydro-électriques de Mekin, Lom-Pangar et Memve’ele élargira davantage le potentiel de production des pêches de cap- ture. Le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales met en place les pre- miers jalons pour le développement de l’aqua- culture durable qui présente des marges de pro- gression importantes, d’autant plus que le Cameroun se situe dans le bassin du Congo, l’un des plus importants au monde. La réduction des importations de poisson se fera progressive- ment, en fonction certes des efforts consentis pour produire localement.Un cheptel estimé cette année à plus à 7 millions de bovins et autant de petits ruminants,


































































































   240   241   242   243   244