Page 275 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 275

• maîtriser en quantité et en qualité les matériaux par la mise en place progressive d’une cartogra- phie des matériaux locaux de toutes les régions du Cameroun.AUTRES INFRASTRUCTURESLes opérations portent ici sur :• la supervision et le contrôle technique de la construction et la maintenance des infrastructures ferroviaires, portuaires, aéroportuaires, énergé- tiques et environnementales, des bâtiments et édi- fices publics ;• les études techniques, notamment en régie des infrastructures énergétiques, ferroviaires, aéropor- tuaires, fluviales.Il en découle des priorités d’intervention arrêtées par le DSCE sur le réseau routier. Ce sont :• les corridors régionaux (transafricaine, corri- dors nord-sud, réseau CEMAC) ;• le réseau des routes nationales ;• les grands projets d’infrastructures d’accompa-gnement du secteur ;• les grands projets industriels et agro-pastoraux.520 KM DE ROUTES CONSTRUITSAu regard des missions énoncées et des priorités d’intervention sur le réseau routier, le cadre stra- tégique des programmes du MINTP s’articule autour des constructions neuves, des réhabilita- tions et des études techniques. On constate, à l’évaluation des réalisations du Triennat 2013- 2015, que le MINTP est plus que jamais à l’œu- vre sur le chantier des Grandes Réalisations chères au Président de la République.De fait, l’évaluation de la mise en œuvre du pre- mier Triennat du Budget-programme indique une nette amélioration dans la réalisation des activi- tés programmées. De manière générale, le taux d’engagement du Budget d’Investissement Public (BIP) hors Financements extérieurs, est passé de 52% en 2013 à 93% en 2014. Il était projeté à 96% en 2015. Les performances physiques enre- gistrées sont de 64% en 2013, 94% en 2014, avec une projection de 95% en 2015.S’agissant de la construction des routes et des infrastructures durant la période sous revue, on notera que divers projets de construction ont été achevés. C’est le cas de la route de desserte du Port en eau profonde de Kribi, d’un linéaire de 20,9 km et d’un coût de 23,8 milliards F CFA. Ou encore des routes Bamenda-Batibo-Numba (linéaire : 64 km, coût : 40,1 milliards F CFA ; et Zoetele-Nkolyop (linéaire : 27,5 km, coût : 17,9 milliards F CFA). Au total, le linéaire des routes construites sur la période 2013-2015 aura été de 520 km. Sur un autre plan, de nom- breux projets de réhabilitation ont été menés à terme. Globalement, 300 km de routes ont été réhabilités sur la période 2013-2015.Il importe aussi de relever les activités du Programme des études techniques d’infrastruc- tures. Lequel vise l’amélioration de la qualité des études en vue d’optimiser le coût et la qualité des travaux d’infrastructures. Les activités mises en œuvre ont notamment été :• la poursuite de la réalisation d’un ensemble d’études techniques routières et d’ouvrages d’art visant environ 3000 km de routes, avec la réali- sation de l’inspection détaillée des ouvrages d’art du réseau classé prioritaire, et en ce qui concerne la première phase de construction de l’Autoroute Yaoundé-Douala, la validation de > > >Visite du Ministre des Travaux Publics sur le chantier de l’Autoroute Yaoundé DoualaLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN275


































































































   273   274   275   276   277