Page 31 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 31

31Bauxite de Minim-Martap et de Ngaoundaln Réserves : plus de 754 millions de tonnes ; n Certification des réserves pour étudede faisabilité en cours ;n Coût estimatif du projet : 5 à 6 milliards de dollars ;n Emplois envisagés : 2 500 à 3 000 emplois directs.Diamant de MobilongCe gisement sera exploité par la Société Cameroon and Korean Mining Companyn Réserves évaluées à 420 millions de carats (estimation géologique) ;n Investissement prévu : 1 milliard de dollars sur 25 ans ;n Emplois envisagés : 4 000 emplois directs.Uranium de Polin L’entreprise Nu Energy Cameroon a été retenue pour son exploitationn Réserves estimées : 13 125 tonnes à Poli et 11 000 tonnes dans la région de Lolodorf.Rutile d’Akonolingan Entreprise retenue pour la mise en valeur : Free Mining associé société américaine GHIA.n Réserves estimées : 3 millions de tonnes ; n Réserves certifiées par SERAK :760 000 tonnes.Projet de fer de Kribin Permis de recherche pour certification récemment attribué à Sinosteel Cameroon, 67 permis de recherches attribués.INDUSTRIESEn 2014, le secteur secondaire poursuit son expansion. Son taux de croissance s’établit à 6,8 % contre 5,7 % en 2013. Cette croissance est tirée notamment par les branches « industries extractives » et industries manufacturières.L’industrie chimique est encore peu développée. De nombreux produits étant importés comme les engrais ou simplement conditionnés sur place (vernis, colles, peintures, détergents). Le secteur compte néanmoins quelques dizaines d’entre- prises et notamment des savonneries, des fabriques de détergents, de parfums, de pein- tures et quelques laboratoires pharmaceutiques. L’industrie du savon est la plus dynamique et compte diverses entreprises installées à proximité des grandes villes. Le complexe chimique came- rounais, (CCC), filiale du groupe Fadil, domine le créneau par une production diversifiée.Dans le cadre des industries mécaniques et métal- lurgiques, notamment la construction navale, il faudra désormais compter sur le Cameroun. En effet, le Chantier naval et industriel du Cameroun (CNC) qui s’occupait uniquement jusque là de la réparation navale a relevé en 2008 le défi de la construction des navires. C’est la concrétisation d’une ambition déclarée en décembre 2003 par le président Paul Biya qui annonçait alors que le temps des grands projets industriels était venu.DEMOGRAPHIEAu dernier recensement la population du Cameroun s’élève à 19 406 100 habitants. Ce chiffre s’ap- puie sur l’analyse des tendances démographiques observées à partir des recensements de 1976, 1987 et 2005. En 1976, le Cameroun comptait 7 663 246 habitants ; en 1987, la population était de 10 493 655 habitants. En 2005, les résultats définitifs du 3e recensement général de la popula- tion et de l’habitat (RGPH) indiquaient 17 463 836 habitants. Cette évolution démographique confirme le maintien d’un fort potentiel humain dans le pays, avec un taux annuel moyen de croissance démogra- phique évalué à 2,8 % au cours de la période 1987-2005 et à 2,6 % entre 2005-2010. En se fondant sur les tendances démographiques ainsi dégagées de 1976 à 2005, il est possible de retracer année par année, les effectifs passés et pro- jetés de la population du Cameroun.RYTHME DE CROISSANCEDe 2005 à 2010, la population du Cameroun s’est accrue à un rythme annuel moyen de 2,6 %.Les réserves de fer de Mbalam sont estimées à environ 200 millions de tonnes de fer riche et 1,2 milliards de fer pauvre ;LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   29   30   31   32   33