Page 33 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 33

33Cadre Macro-ÉconomiqueLE CONTEXTE INTERNATIONALSelon le FMI (Perspectives de l’économie mon- diale), octobre 2015, les pays exportateurs de produits de base devraient être confrontés en 2016 à une situation difficile. Les cours mon- diaux de ces produits ayant rapidement diminué au cours des trois dernières années, et la produc- tion potentielle ayant considérablement ralenti dans les pays émergents et les pays en dévelop- pement qui exportent ces produits.Analysant les données de plus de 40 pays expor- tateurs sur plus de 50 ans, le FMI a poursuivi : « les perspectives moroses des cours des produits de base pourraient amputer de près d’un point par an le taux de croissance des pays exportateurs de ces produits durant la période 2015-2017 par rap- port à 2012-2014. Ce frein devrait être plus mar- qué dans les pays exportateurs d’énergie – envi- ron 21/4 points en moyenne sur la même période, en raison de la forte chute des cours du pétrole au cours de l’année écoulée.En 2015, le FMI a révisé à la baisse l’estimation de croissance de l’économie mondiale à 3,1 % contre 3,4 % en 2014. Cette évolution résulte d’un fléchissement dans les pays émergents et d’un modeste redressement dans les pays avancés. En 2016, la croissance de l’économie mondialedevrait s’accélérer avec un taux de 3,6 %, tirée à la fois par les pays avancés qui connaîtront un raffermissement et les pays émergents malgré le ralentissement de la Chine.Aux Etats-Unis en particulier, la croissance a été faible en début d’année 2015 à cause entre autres de l’appréciation du dollar. Elle s’est ensuite redressée grâce notamment à la baisse des prix de l’énergie, pour se situer à 0,9 % au second trimestre contre 0,2 % au premier.La zone euro a tiré avantage de la baisse des cours du pétrole, de la dépréciation de l’euro et de la politique monétaire accommodante. Sa croissance devait passer de 0,9 % en 2014 à 1,5 % en 2015 et 1,6 % en 2016. En effet, la baisse des cours du pétrole a fortement réduit sa facture énergétique et soutenu la consommation à travers le pouvoir d’achat donné aux ménages.En Chine, la croissance a continué à ralentir en passantde7,3%en2014à6,8%en2015et 6,3 % en 2016, à cause principalement de la baisse de l’investissement dans l’immobilier et dans les industries lourdes en surcapacité à l’ins- tar de celle de l’aluminium.Pour la zone CEMAC, la BEAC a tablé en 2015 sur un ralentissement de l’activité, causé par laLES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   31   32   33   34   35