Page 34 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 34

34LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUNbaisse des cours des matières premières expor- tées, la baisse de la production pétrolière et le fléchissement des investissements publics. La croissance de la sous-région a décliné de 4,6 % en 2014 à 2,5 % en 2015 elle devait remonter à 5,6 % en 2016.LES MOTEURS DE LA CROISSANCELa croissance économique du Cameroun s’est raffermie en passant de 5,6 % en 2013 à 5,9 % en 2014. Cette progression s’est observée tant au niveau du PIB pétrolier qui est passé de 8,5 % à 13,9 % qu’au niveau du PIB non-pétrolier qui est passé de 5,5 % à 5,6 %.La croissance du secteur primaire était de 4,7% en 2014 contre 3,7 % en 2013. Elle a été tirée par la reprise dans la sylviculture et l’exploitation forestière qui a progressé de 9,9 % contre – 1,8 % en 2013, et le dynamisme des branches « éle- vage et chasse » et « agriculture des produits vivriers » se sont accrus respectivement de 5,7 % et 4,2 %. Par contre, la branche « agriculture industrielle et d’exportation » a relenti à +2,9 % après 6,9 % en 2013.En 2014, le secteur secondaire était en hausse de 6,8 % contre 5,7 % en 2013. Cette accélé- ration fait suite à l’accroissement des industries extractives de 13,9 % après 8,7 % en 2013, consécutivement à la mise en exploitation de nouveaux champs et à l’amélioration de l’ex- traction d’autres champs anciens. Le dyna- misme des BTP (+ 10,9 %), avec l’accélération des grands travaux routiers, participe égale- ment de l’embellie du secteur.Le secteur tertiaire a progressé de 5,6 %, en 2014, grâce au dynamisme des branches : « transports, entrepôts et communication » (+6,5 %) où l’embellie des télécommunications se poursuit, avec l’entrée d’un nouvel opérateur sur le marché de l’expansion des services à forte valeur ajoutée ; « commerce, restaurants et hôtel (+5,2 %) ; « banques et orga- nismes financiers » (+ 13,7 %), qui bénéficie de la hausse des crédits à l’économie et des opérations de change ; « services non marchands des admi- nistrations publiques » (+6,7 %) du fait des recrute- ments dans la fonction publique et dans les forces de défense et de sécurité.Suivant ses emplois, le PIB est resté dominé par la consommation finale avec un poids de 88,7 %. Cette composante a progressé de 5,9 % après 5,6 % en 2013 et sa contribution à la croissance s’établit en 2014 à 5,1 points. Ce dynamisme s’observe tant au niveau de la consommation privée (+5,7 %) que de la consommation publique (+7,2 %).L’investissement a aussi connu un regain avec une croissance de 13,5 % après 5,1 % en 2013 et une contribution de 3 points à la croissance. Laformation brute de capital fixe (FBCF) dans le sec- teur privé s’est accrue de 13,6 % après 5,6 %, en liaison avec le dynamisme des BTP et l’aug- mentation des acquisitions d’équipements et de matériels de transport. Dans le secteur public, la FBCF a progressé de 7,5 % en 2014, après 2,5 % en 2013, consécutivement à une hausse, à la fois de la dotation et du taux d’exécution du BIP.S’agissant des exportations nettes, elles grèvent la croissance de 2,2 points. Ce résultat traduit la décélération plus accentuée des exportations des biens et services que celles des importations : les exportations progressent de 10 % après une hausse de 26,1 % ; les importations augmentent de 14,4 % après un accroissement de 18,3 %.Concernant l’inflation, la hausse des prix à la consommation finale des ménages a décéléré (+ 1,9 % en 2014 après +2,1 % en 2013). Cette décélération est perceptible à tous les principaux postes de consommation, à l’exception de trans- ports » et « restaurants et hôtels » qui se sont accé- lérés respectivement de 5,8 points et de 1,7 point. En particulier, l’on a observé un ralentisse- ment de la hausse des prix des produits alimen- taires (+ 1 % contre +3,6 % en 2013), des « bois- sons alcoolisées et tabac » (+0,4 % contre +2,1 % et de l’« enseignement » (+1,1 % contre +3 %).REDUCTION DU DEFICITDE LA BALANCE COMMERCIALEDans ses échanges avec le reste du monde, le Cameroun continue à diversifier les produits exportés et les partenaires commerciaux. Le commerce avec les autres pays de la CEMAC apparaît de plus en plus dynamique et excéden- taire en faveur du pays.Le Cameroun produit un des meilleurs poivre du monde


































































































   32   33   34   35   36