Page 351 - Atouts-Cameroun-2017-FR
P. 351

351Politique de PrivatisationINTRODUCTIONLa privatisation est l’opération par laquelle l’Etat ou un organisme public ou parapublic se désen- gage totalement ou partiellement au profit du sec- teur privé des entreprises, quelle que soit leur forme juridique (établissement public, société d’Etat, société d’économie mixte ou autre) dans lesquelles il détient tout ou partie du capital.C’est un choix de politique économique et non une opération conjoncturelle. A travers la privati- sation, plusieurs objectifs sont poursuivis : assainis- sement des finances publiques, stimulation des ini- tiatives et promotion des investissements, restaura- tion des mécanismes du marché, mobilisation et orientation de l’épargne nationale vers les inves- tissements privés, amélioration de l’efficacité des systèmes de production et de la qualité des ser- vices, accroissement des taux de desserte sur l’en- semble du territoire national, réalisation des gains de productivité qui permettent d’assurer une struc- ture tarifaire optimale pour les services publics concédés, promotion de la prise de participation par le secteur privé national (20 à 30 % du capi- tal et des droits de vote réservés aux investisseurs privés camerounais) y compris les salariés de l’en- treprise (5 à 10 % du capital et des droits de vote réservés aux employés de l’entreprise concernée).HISTORIQUEDe l’année 1986 à 1990, de nombreuses entre- prises du portefeuille de l’Etat qui étaient large- ment déficitaires ou qui avaient depuis cessé leurs activités sont liquidées par voie administra- tive. A partir de 1990, le processus de désenga- gement se met en place avec l’ordonnance du 22 juin 1990 qui définit le cadre juridique des privatisations et le décret du 30 octobre 1990 qui donne la liste des seize premières entreprises à privatiser ou à liquider.Au cours de cette période, les entreprises en question ont été dissoutes, cédées (vente d’ac- tions ou d’actifs) ou ont été l’objet de location- vente. La troisième étape s’ouvre en mai 1994 avec une déclaration de politique générale du gouvernement concernant le désengagement du secteur productif concurrentiel et de l’exploi- tation des principaux services marchands.Cette déclaration est suivie du décret prési- dentiel du 14 juillet 1994 inscrivant quinze nouvelles sociétés à privatiser ou à liquider, des entreprises appartenant au secteur des transports et au secteur agro-industriel. On peut dès lors considérer que le processus de privati- sation est désormais sur les rails.LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN


































































































   349   350   351   352   353