Page 112 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 112

 112
                  LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
LE CAMEROUN ET L’ONU
Par une politique de présence effective et une participation efficiente, le Cameroun qui a adhéré à l’organisation mondiale le 20 septem- bre 1960 joue un rôle non-négligeable dans le système des Nations Unies. En effet, le Cameroun figure parmi les pays africains qui participent de façon positive et active à la vie et aux activités de l’ONU.
Le Cameroun a pris part à plusieurs opérations de maintien de la paix de l’ONU, au Cambodge, au Kosovo, au Burundi, en Côte d’Ivoire, en RCA, en République démocratique du Congo, en Haïti et au Soudan. Près d’un millier de soldats came- rounais font partie de ce contingent.
Sur le plan sous-régional, le Cameroun s’investit de façon significative dans les activités du comité consultatif permanent des Nations Unies sur des questions de sécurité en Afrique centrale, sous l’égide duquel Yaoundé en coopération avec les autres capitales d’Afrique centrale, a initié la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX), structure qui inspirera le mécanisme africain en la matière, le fonction- nement de l’école EIFORCES d’Awae qui, selon la volonté exprimée du chef de l’Etat Paul Biya, renforcera la participation du Cameroun aux opérations de maintien de la paix grâce à des unités constituées (Formed Unit).
Par ailleurs, le Cameroun s’est activement impli- qué dans l’élaboration et l’adoption d’un instru- ment contraignant en matière de contrôle de la circulation des armes légères et de petit calibre
dans notre sous-région, lors de la 30e session du comité consultatif des Nations Unies pour les questions de sécurité en Afrique centrale tenue à Kinshasa (RDC) le 30 avril 2010.
Il convient, par ailleurs, de relever que le Cameroun a présidé la conférence sur le désar- mement du 3 août au 24 septembre 2010. Du 24 au 25 juin 2013, s’est tenu à Yaoundé au Cameroun, le sommet des chefs d’Etat et de gou- vernement de la CEEAC et de la CDEAO sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée. Enfin, la finalisation du processus de mise en œuvre du CIC, dont le lancement des activités a eu lieu le 11 septembre 2014, avec l’inauguration de son siège provisoire loué pour une période initiale d’un an par l’Etat du Cameroun au lieu dit Golfe Ntougou à Yaoundé.
Le Cameroun qui a fait du respect des droits de l’homme et de la restauration de l’Etat de droit, l’un de ses objectifs majeurs des Grandes Réalisations, s’attèle à travers la promotion et la protection de tous les droits humains. Yaoundé a élaboré et déposé auprès des organes compé- tents des Nations Unies tous les rapports dus au titre des différentes conventions des droits de l’homme ratifiées par notre pays.
LE CAMEROUN ET L’UNION AFRICAINE
Membre fondateur de l’Organisation de l’unité afri- caine (OUA), le Cameroun a ratifié le 9 novembre 2003, l’Acte constitutif de l’Union africaine (UA).
Sur les grands dossiers de l’Union Africaine, la position du Cameroun est claire. Elle a été clai- rement exprimée au cours du sommet d’Accra de juillet 2007, par le président Paul Biya qui a dit la préférence de son pays pour une approche graduelle et progressive dans la mise en place de cette institution dont il reconnaît la très grande importance pour le développement et la consoli- dation du processus d’intégration de l’Afrique.
Le président Paul Biya avait en effet relevé la nécessité de consolider au préalable l’intégration dans chacune des sous-régions avant de l’envisa- ger sur le plan continental où le Cameroun contri- bue bien évidemment à l’unanimité créée autour de la nécessité de mettre sur pied à terme, les Etats-Unis d’Afrique.
Il convient par ailleurs de relever que c’est un camerounais, le Pr Pierre Moukoko Mbonjo, qui pilote l’unité de reforme institutionnelle de l’Union africaine.
Dans le cadre de la mise en place intégrale des structures de l’UA prévue dans l’acte constitutif, Yaoundé a été retenu pour abriter le siège du Fonds monétaire africain (FMA) ; le protocole d’accord sur le Comité de pilotage de sa mise en œuvre a été signé.
Une présence effective et une participation efficiente, au sein des Nations Unies


















































































   110   111   112   113   114