Page 124 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 124

124
                 aux fonds C2D, a financé environ 4000 micro- projets dans les domaines de la santé, de l’édu- cation, de l’hydraulique et des pistes rurales.
CHINE-CAMEROUN :
UNE RELATION CONFIANTE
Depuis l’établissement des relations diploma- tiques sino-camerounaises il y a 47 ans, les rela- tions d’amitié et de coopération entre la Chine et le Cameroun se développent à pas sûrs et comp- tabilisent de nombreux acquis. Ainsi, outre les multiples dons en matériel ou sous forme de sub- ventions et les nombreux crédits sans intérêts ou à des taux préférentiels, on relève des réalisa- tions chinoises d’envergure qui garantissent à cette coopération une visibilité certaine :
n Le Palais des Congrès de Yaoundé
n Le Barrage hycroélectrique de Lagdo : inauguré le 29 novembre 1986 par
le Président Paul Biya.
n L’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé : inauguré le 28 mars 2002 par le Chef de l’Etat, S.E. Paul Biya.
n L’Ecole Publique de Mvomeka’a : inaugurée en octobre 2007. Deux écoles ont été construites à Nanga Eboko et à Guider.
n Le Palais polyvalant des Sports de Yaoundé : inauguré le 19 juin 2009 par le Président Paul Biya.
n L’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Douala, inauguré le 17 novembre
2015 par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Philémon Yang.
La Chine est à l’heure actuelle le premier partenaire commercial du Cameroun et le Cameroun est le deuxième grand bénéficiaire africain du finance- ment chinois. En 2015, par exemple, le volume des échanges commerciaux bilatéraux a atteint 2,6 milliards de dollars américains, soit un peu plus de 1510,15 milliards de FCFA. La plupart de ces pro- jets ont été négociés au cours des six visites effec- tuées en Chine par le Président Paul Biya depuis son accession à la magistrature suprême en 1982.
Selon la CNUCED, entre 2000 et 2014, le Cameroun a capté 2750 milliards de FCFA d’in- vestissements directs étranger (IDE), dont 1850 milliards de FCFA provenant de la Chine. Ce qui représente environ 67% des IDE au Cameroun, faisant ainsi de la Chine le premier investisseur au Cameroun (selon la Direction de la Coopération du Ministère camerounais de l’Economie). Les autres IDE provenaient des pays tels que la France, les Etats-Unis, le Nigeria.
Après avoir obtenu tous les projets d’infrastruc- tures d’envergure dans le pays (construction du port en eau profonde de Kribi ; des barrages de Lom Pangar, Memve’élé et Mekin ; pose de la
fibre optique ; travaux de construction des auto- routes Yaoundé-Douala et Yaoundé-Nsimalen), la Chine se renforce dans le secteur minier au Cameroun, où elle est présente depuis quelques années à travers Sinosteel, qui développe le pro- jet de fer des Mamelles de Kribi, dans la région du Sud. Le Premier Ministre camerounais a signé, le 13 juillet 2015, un arrêté portant « création, organisation et fonctionnement de la Commission spéciale ad hoc de sélection d’une entreprise chinoise pour la construction du che- min de fer du terminal minéralier du projet Mbalam et de la mise en œuvre du plan de développement de la boucle minière du Dja ».
Les importations camerounaises en provenance de Chine se composent principalement de pro- duits informatiques, électroniques et optiques et de produits textiles et cuir.
ÉTATS-UNIES-CAMEROUN : ON SE COMPREND MIEUX
Ancienne et diversifiée, la coopération entre le Cameroun et les Etats-Unis a été intensifiée à l’oc- casion du premier sommet Afrique-Etats-Unis orga- nisé en août 2014 à l’initiative du président Barack Obama. Les assises auxquelles a pris part le prési- dent Paul Biya ont permis de relever une conver- gence de vues entre Yaoundé et Washington sur de nombreux sujets d’intérêt commun.
Inséparables, la paix et la sécurité sont considé- rées par les deux pays comme des préalables incontournables, le socle de toute véritable poli- tique de développement et de progrès social. Sur ces questions cruciales, Yaoundé et Washington sont totalement en phase. Ce qui explique et jus- tifie une coopération soutenue entre les deux par- ties dans ces domaines. Avec comme point d’orgue, la contribution américaine à la forma- tion de militaires camerounais notamment dans les secteurs de la lutte contre le banditisme, de la sécurité maritime, ainsi que dans les opérations de maintien de la paix.
En matière de démocratie et de gouvernance, il convient de relever que le Cameroun s’est investi depuis des années sous l’impulsion du président Paul Biya dans le chantier de l’enracinement de la démocratie et de la consolidation de l’Etat de droit. Un processus caractérisé par une modernisa- tion constante des institutions, une meilleure prise en compte des droits de l’homme, un perfectionne- ment du système électoral, une lutte acharnée et sans relâche contre la corruption et les auteurs d’actes portant atteinte à la fortune publique.
Dans ce registre, la création et la mise en œuvre il y a peu d’une juridiction nouvelle, le Tribunal cri- minel spécial (TCS) a suscité un intérêt certain, côté américain, pour cette opération « mains pro- pres » qui vise à restaurer le culte du respect de la chose publique. Avec déjà des résultats probants.
 LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN











































































   122   123   124   125   126