Page 153 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 153

                 Cérémonie de signature du procès verbal contradictoire de fin d'affermage du service public de l'eau potable au Cameroun, Douala le 30 avril 2018w
qu’entreprise de production, une bonne gestion de son compte d’exploitation dans le but de dégager un résultat positif afin de ne plus dépendre des sub- ventions de l’Etat. Cela passe par le relèvement du taux de recouvrement auprès des ménages.
Désormais maitre du jeu, la Camwater a carte blanche et les moyens juridiques pour répondre à ces nouvelles missions. Bien qu’elle soit une entre- prise à capital public, elle a désormais la possibi- lité de recourir à des capitaux externes pour le financement de certaines activités en tant que de besoin pour renforcer son capital. Elle a égale- ment la possibilité de créer des filiales en lien avec son activité sociale dans divers domaines liés à l’industrie de l’eau potable, à l’instar de la produc- tion des tuyaux, des compteurs, la maitrise d’œu- vre, les produits de traitement etc. L’objectif affirmé étant de faire en sorte que les revenus générés dans le secteur servent à l’amélioration de la des- serte en eau potable au Cameroun afin de retrou- ver l’équilibre financier d’un secteur, jusque-là, for- tement dépendant des subventions de l’Etat.
Depuis le 02 mai 2018, la reprise est effective. S’il est trop tôt, après deux mois, pour dresser un premier bilan, il est cependant loisible de consta- ter que la reprise a été faite sans interruption de la distribution. Le 02 mai, les robinets ont bel et bien coulé sur l’ensemble du périmètre affermé. Le reversement du personnel de la CDE dans les effectifs de la Camwater s’est effectué sans heurt. Le moral du personnel est au beau fixe.
Les premières mesures prises par le Directeur Général, Gervais Bolenga, sont perceptibles sur le terrain, lui qui a l’ambition d’établir un nouveau type de relations avec les abonnés. Des relations basées sur la célérité dans les interventions, la
bonne information en cas d’interruption de l’ali- mentation et une facturation rationnelle et équita- ble, qui tient compte de la consommation effective de l’eau par les populations. Des ambitions claires. Gervais Bolenga, promet de tout mettre en œuvre pour donner aux Camerounais une eau potable, c'est-à-dire incolore, inodore et sans saveur. En somme, une eau de qualité, en quantité et en toute régularité. En aura-t-il les moyens ? Ce n’est pas la détermination qui manque. « A nous qui prenons la relève, à nous qui allons maintenant nous occuper de la production, de la distribution, de l’exploitation, de l’assainissement, en un mot, de la gestion du périmètre concédé, je voudrais redire ma détermination, en droite ligne des pres- criptions gouvernementales, d’inscrire ma démarche dans la dynamique de rassemblement des professionnels de l’eau sans distinction aucune ». Tels sont ses premiers mots adressés à son per- sonnel lors de la fête du travail le 1er mai dernier. Et d’indiquer les couleurs de son action et les attentes vis-à-vis des agents : « Veillez tous à ce que l’eau soit inodore, incolore et sans saveur. J’y veillerai personnellement. Comme je tiendrais la main ferme à l’amélioration de l’accueil dans nos centres, à la célérité dans les interventions éven- tuelles en réparation et à la disparition des longues files d’attente dans les agences... Il n’est plus ques- tion de patience, mais d’urgence. J’attends des résultats dans l’immédiat. »
La détermination et le doigté avec lesquels le proces- sus fin d’affermage et la reprise en main des activi- tés jadis affermées ont été conduits sont de nature à rassurer quant à la capacité de l’homme à porter le secteur de l’eau potable au Cameroun et à le conduire vers les lendemains qui chantent n
 LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
153
 

























































































   151   152   153   154   155