Page 163 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 163

 163
                 Les routes rurales desservent les campagnes et les plantations
Aujourd’hui le ministère des Travaux publics est chargé de la protection, du patrimoine routier ainsi que de la conception, de l’exécution et du contrôle de tous les travaux publics au Cameroun.
Il œuvre à l’élaboration des normes techniques y afférentes, effectue toutes les études nécessaires à l’adaptation aux écosystèmes locaux de ces infrastructures en liaison avec lel ministère chargé de la recherche scientifique, les Instituts d’ensei- gnement ou tout autre organisme compétent.
Le ministère des Travaux publics apporte en outre son concours à la construction et à l’entretien des routes dans les voiries des communes de moins de 100 000 habitants. Il concourt à la formation professionnelle des personnels des Travaux publics et assure la tutelle du laboratoire national
de génie civil (LABOGENIE), du parc national du matériel de génie civil et de l’Ecole nationale supérieure des travaux publics.
La tâche essentielle de supervision de l’entretien du réseau routier appartient désormais au Fonds routier. Etablissement public, administratif placé sous tutelle du ministère de l’Economie et des Finances, le Fonds créé en 1998, a pour mis- sion de collecter les concours financiers auprès des bailleurs, de contester la régularité des contrats passés avec les entreprises, de s’assurer de l’effectivité des travaux et d’exécuter rapide- ment les paiements.
LE TRANSPORT FERROVIAIRE
INTRODUCTION
Le plan directeur ferroviaire national qui fait de cette activité une priorité dans l’atteinte des objectifs de développement, notamment celui de faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035, occupe une place de choix dans l’agenda du gouvernement.
D’un montant estimé à 15 000 milliards de FCFA, le plan ferroviaire national qui fait l’objet d’une attention particulière de la part des minis- tères des Transports, de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, prévoit la construction à court moyen et long termes, d’un réseau de transport ferroviaire per- formant selon les standards internationaux. Il est destiné à intensifier les échanges dans le trian- gle national, ainsi qu’avec les pays voisins.
BAISSE GLOBALE DE L’ACTIVITÉ
En 2016, le transport ferroviaire enregistre une baisse globale de l’activité. Cette baisse résulte du recul de 13,4 % du trafic marchandises et de 6,1 % du trafic voyageurs. Le chiffre d’affaires diminue de 15,5 %.
Au premier semestre 2017, le chiffre d’affaires progresse de 4,7 % par rapport à la même période de 2016, du fait de la hausse de 19,5 % du trafic marchandises, malgré la diminution de 37,6 % du trafic voyageurs. La baisse du trafic voyageurs s’explique par la suspension temporaire du service voyageur de la société CAMRAIL sur certaines lignes. Au terme de l’exercice, le chiffre d’affaires diminuerait de 6,1 %.
 PERIODE
LIBELLES
Trafic voyageur (voyage/km)
Trafic marchandises (tonne/km)
Chiffre d’affaires (en millions)
2015
(a)
574,0
976,2
55 906
1ER Sem
2016
(b)
249,4
370,6
20 613
1ER Sem
2017
(d)
155,6
443
21 579
VARIATIONS (%)
Evolution du trafic ferroviaire
 2016
(c)
539,1
846
47 227
2017*
(e)
565,7
840,7
44 368
(c)(a)
-6,1
-13,4
-15,5
(d)(b) (e)(c)
-37,6 4,9
19,5 -0,6
4,7 -6,1
              *Estimation - Source CAMRAIL
LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN









































   161   162   163   164   165