Page 17 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 17

                  Célébration du jour de l'independance du Cameroun le 1er janvier 1960
populations du Cameroun (parti alors interdit) qui n'avait pas pu obtenir de la France l'amnis- tie, est abattu dans le maquis de Libel Li Ngoï près de Boumnyebel dans la Sanaga-Maritime. Ce qui ne met pour autant pas fin à la rébellion ; de nombreux nationalistes camerounais demeurant convaincus qu'ils pouvaient s'oppo- ser victorieusement aux troupes françaises au Cameroun, comme ce fut le cas à Dien Bien Phu (Indochine) ou en Algérie.
L'année 1959 est marquée par le passage de nombreuses délégations du Cameroun devant l'Assemblée Générale des Nations-Unies pour plaider en faveur ou contre l'indépendance immédiate de leur pays. Finalement le 12 mars 1959, la commission de tutelle de l'Assemblée générale de l'ONU vote par 56 voix contre 9 et 16 abstentions l'abrogation de l'accord de tutelle. Le 1er janvier 1960, le Cameroun sous tutelle de la France accède à l'indépendance conquise de haute lutte sous le nom de République du Cameroun. Le pays est aussitôt admis à l'ONU.
L’INDÉPENDANCE
Dès son accession à la souveraineté internationale, le Cameroun se dote des instruments d'un Etat moderne. Le 21 février 1960, un projet de Constitution est soumis au référendum populaire et accepté par 797 498 oui contre 531 075 non. Cette Constitution promulguée le 4 mars 1960 se caractérise par un régime parlementaire spéci- fique où le gouvernement est responsable devant l'Assemblée et le Président de la République.
Le 5 mai 1960, Monsieur Ahmadou Ahidjo est élu Président de la République du Cameroun. Le 16 mai de la même année, Charles Assale est nommé Premier ministre.
LE CAMEROUN SOUS TUTELLE BRITANNIQUE
Le Cameroun sous la tutelle britannique, doté en 1954 d'une Assemblée législative, mais faisant partie intégrante sur le plan administratif dela République du Nigeria, s'était prononcé le 7 novembre 1959 pour le maintien de la tutelle par un plébiscite.
Une seconde consultation, décidée par l'ONU, a eu lieu le 11 février 1961. La partie sud du ter- ritoire sous administration britannique, dirigée par le Premier ministre John Ngu Foncha, par voie de référendum se prononce à une écrasante majorité de 233 571 voix contre 97 741 pour son indépendance et son rattachement à la République du Cameroun.
Dans la partie Nord du Cameroun sous tutelle de la Grande Bretagne, 60 % des voix furent favora- bles à un rattachement au Nigeria. Ce pourcen- tage qui ne semble pas avoir été obtenu par une procédure régulière fit l'objet de nombreux débats et réclamations. Le 1er juin 1961, le Cameroun septentrional est rattaché au Nigeria.
L’ETAT FFÉDÉRAL
Le 1er octobre 1961, la partie méridionale du Cameroun sous tutelle britannique, dite Cameroun occidental et la République du Cameroun sont réunies sous le nom de
LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
17
 




















































































   15   16   17   18   19