Page 171 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 171

 171
                 Ainsi, dans le sous-secteur maritime et portuaire, il est envisagé, s’agissant du Port de Kribi :
• le démarrage effectif et intensif de l’exploitation de la plateforme portuaire ;
• le démarrage des travaux d’extension de la phase 2 du Port ;
• l’intensification des actions de promotion du Port ; • le démarrage du projet de construction d’un
bâtiment (R+2) à usage de bureaux ;
• le parachèvement de l’aménagement de la première tranche de la zone industrielle, commer- ciale et logistique attenante pour y installer les premiers occupants.
Pour le Port de Douala, il sera question de : pour- suivre les négociations engagées en vue de la nor- malisation de l’exploitation du Terminal à conte- neurs et du Parc à Bois ; construire les voies por- tuaires ; reconstruire le Duc d’Albe pétrolier ; procé- der à l’enlèvement des épaves des navires ; effec- tuer le dragage des pieds de quai, des darses et des plans d’eau ; établir l’électrification du port.
Le Port en eau profonde de Limbe n’est pas en reste. Le Gouvernement a décidé en vue d’une accélération du processus, de reprendre le pro- jet en main, en actualisant, via l’Autorité Portuaire Nationale (l’APN), l’étude de faisabi- lité de ce Port. Dans la même lancée, l’APN envisage également :
• la restitution de la mise en œuvre des recom- mandations de l’étude d’élaboration du schéma directeur de protection du Littoral ;
• la poursuite du programme de mise à jour des installations portuaires du Cameroun soumises au code ISPS ;
• l’élaboration de la politique nationale de sûreté portuaire ;
• l’actualisation du cadre des Régimes de trans- fert des activités portuaires a caractère industriel commercial au secteur privé ;
• l’élaboration du recueil des tarifs des services portuaires ;
• l’intensification de la coopération technique avec les organisations du secteur maritime et portuaire.
Le Conseil National des Chargeurs du Cameroun (CNCC) quant à lui a l’intention de parachever la construction du centre de vie de la Dibamba, permettant ainsi d’avoir une meilleure organisation de l’activité du transport routier et la sécurité des cargaisons.
S’agissant des transports routiers, il est envisagé de continuer à mener des actions fortes dans le cadre de la lutte contre la délinquance routière. Pour cela, il faudra : le déploiement permanent de cinq (05) remorqueuses pour l’enlèvement des obstacles abandonnés, en panne ou mal garés ; la poursuite de l’assainissement du circuit d’ob- tention et de délivrance du permis de conduire ; l’opérationnalisation des radars fixe sur l’axe rou- tier Yaoundé-Douala.
Pour le sous-secteur ferroviaire, il est prévu de :
• mettre en œuvre les directives présiden- tielles suite aux conclusions de la Commission d’enquête sur l’accident ferroviaire survenu à Eseka ;
• réhabiliter et moderniser les infrastructures ferroviaires ;
• poursuivre la remobilisation des activités voya- geurs, fret, productivités, ressources humaines et modernisation des matériels ;
• relancer l’activité du service voyageur par l’ac- quisition d’un nouveau matériel roulant ;
• réaliser des études de faisabilité de la liaison ferroviaire Ngaoundéré-N’Djamena ;
S’agissant de la météorologie, il est prévu de :
• poursuivre la densification du réseau météoro- logique national ;
• accroitre l’offre de formation issue du partenariat entre le Ministère des transports et celui du Ministère de l’Enseignement supérieur pour la formation des météorologues dans les Ecoles Nationales Supérieures polytechnique de Yaoundé et de Maroua n
Nouvelle Grue d'enlèvement de véhicule
LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN







































































   169   170   171   172   173