Page 176 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 176

                  eur Cyros Ngo'o, Directeur Général du Port de Douala-Bonabéri
176
 LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
Est-ce à dire que la situation est désormais normale dans les opéra- tions portuaires à l’export au port de Douala/Bonabéri et qu'on ne parlera plus de congestion, ou si vous voulez de déficit de fluidité?
Nous travaillons pour que la fluidité au Port soit permanente à travers des actions conjoncturelles. La solution à la problématique de la fluidité au Port de Douala est structurelle. En effet, la plate- forme actuelle du combinat portuaire de Douala/Bonabéri a été édifiée en 1980 et dimensionnée pour traiter un trafic annuel d’envi- ron sept (07) millions de tonnes de marchandises.
Or, cette capacité est largement dépassée, puisqu’elle traite environ douze (12) millions de tonnes de marchandises aujourd’hui. Depuis 1980, il n’y a pas eu d’investissements majeurs pour accroitre les capacités d’accueil des navires et de traitement des marchandises. A cette situa- tion s’est ajoutée, une forte dégradation des infrastructures et des superstructures portuaires, l’envahissement de certains quais par des épaves de navires, l’envasement et l’ensablement des plans d’eau, des pieds de quai et des darses, l’occupation anarchique du domaine public portuaire, la dilapidation des actifs immo- biliers du Port Autonome de Douala.
Les chantiers de normalisation, de modernisation et développement instruit par le Gouvernement de la République et en cours d'implémentation visent justement entre autres à trouver une solution définitive au déficit de fluidité. Laquelle est un des
déterminants de la performance, de l'attractivité et de la compétitivité d'un port.
On imagine que tous ces grands projets sont couteux. Comment et où parvenez vous à mobiliser les fonds nécessaires ?
Effectivement, tous ces chantiers ont un coût. Pour cela nous avons pensé lever des financements alter- natifs. Toute une ingenierie financière impliquant des institutions bancaires est donc mise en place par l'autorité portuaire pour financer les projets struc- turants. Donc, au-delà des fonds propres, nous lèvons des financements auprès des banques évi- demment avec le soutien de l'Etat, pour la réalisation en BOT de certains importants projets de construc- tion d’infrastructures et de superstructures portuaires.
A côté de cela, nous mettons l’accent sur nos res- sources propres. Nous avons interpellé les acteurs de la communauté portuaire, lors d’une session de Port-Synthèse, pour leur adhésion et leur com- préhension, notamment sur les mesures qui sont prises par l’Autorité Portuaire pour le recouvrement et l’élargissement de l’assiette des recettes por- tuaires. Nous avons entrepris la réduction de nos coûts d’exploitation avec notamment l’optimisa- tion du dragage qui permet d’en diminuer les coûts et conséquemment de faire des économies. Nous comptons aussi sur l'accroissement de nos recettes d’exploitation à travers, entre autres, de nouvelles prestations; la révision des conventions de concession pour améliorer nos revenus; les nouveaux tarifs d’exploitation et d’occupation, notamment les redevances d’occupation doma- niale qui étaient extrêmement faibles par rapport aux prix pratiqués par les promoteurs immobiliers dans la zone; le renforcement de la coopération avec la ville de Douala et la participation à la réalisation, en partenariat avec cette dernière, des projets de développement générateurs de revenus pour le PAD et dont le projet SAWA- BEACH serait une importante composante.
Le président Paul Biya Paul Biya avait également promis l’optimi- sation de la façade maritime du Cameroun avec le développement de nouveaux ports. Quelles perspectives s’ouvrent aux secteur portuaire Camerounais avec l’entrée en service du port en eau profonde de Kribi ?
Le Chef de l'Etat, Son excellence Paul Biya est celui qui a pensé la reforme portuaire de 1998 qui crée plusieurs ports autonomes au Cameroun. En visionnaire qu'il est, il entend faire de notre pays, un hub maritime et portuaire incontourna- ble dans le golfe de Guinée. Le Port en eau pro- fonde de Kribi est déjà fonctionnel, le port d'es- tuaire de Douala, poumon économique du Cameroun est dans une phase importante de normalisation, de rénovation et de développe- ment tels que décliné par le Président Paul Biya en 2011 à Douala. Donc Limbe et Garoua viendront compléter le dispositif. Donc nous ne pouvons qu'être optimiste quant à l'avenir du secteur portuaire camerounais n






















































































   174   175   176   177   178