Page 227 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 227

                 Centre de formation de Ndoumba
par le projet à travers son centre de formation ; mais également, ces derniers doivent être structu- rées en organisations et coopératives de produc- teurs. A ce jour, le projet a formé près de 100 producteurs en 4 sessions pilote et par son biais la structuration des producteurs rizicoles de Minta en coopératives a été effective et celle des pro- ducteurs de Batchenga en cours.
Appui et accompagnement à la production et à la labellisation du riz de consommation des producteurs
Le projet appui et accompagne les producteurs rizicoles, il appui et accompagne de la production à la labellisation de leur riz. Ainsi, à ce jour, le pro- jet a appuyé l’aménagement de 30 hectares de bas-fond dans les localités de Yaoundé 7, Minta, Nkoteng et Okola et l’emblavement d’une superfi- cie totale de 600 hectares en riz irrigué et 43 hec- tares en riz pluvial. Avec un rendement moyen à l’hectare de 2t en irrigué et 0,5t en pluvial, la pro- duction totale a été évaluée à 1200 tonnes de riz paddy pour les superficies ci-dessus.
Par ailleurs, à nos jours un total de 105 tonnes de paddy a été séché et décortiqué dans la rize- rie du projet pour une obtention finale de 60 tonnes de riz blanchi.
Recherche, variété et productivité
Au-delà des aspects production et appui paysan, le projet s’est lancé dans un volet recherche avec l’IRAD en vue de trouver des variétés à haut ren- dement s’adaptant le mieux à notre contexte. A cet effet, 250 de variétés de riz à haut rende- ment d’origine asiatique ont été testées. Au final, 37 variétés se sont bien acclimatées aux condi- tions de la localité et peuvent ainsi feront bientôt l’objet de vulgarisation en milieu paysan.
PIDMA : Créer, répartir la valeur dans les filiaires et améliorer les revenus des agriculteurs
A l’occasion du Comice Agropastoral organisé en 2011 à Ebolowa, le Président de la République affirmait : « Le Cameroun compte avant tout sur le secteur primaire, notamment l’Agriculture, l’Elevage, la pêche et l’artisanat, pour devenir, à l’horizon 2035, un pays émergent ». Cette orienta- tion de la Nouvelle Politique Agricole du Cameroun a motivé le MINADER à lancer plusieurs initiatives visant à accroitre la production agricole et à relever le niveau de vie des populations.
Le Projet d’Investissement et de Développement des Marchés Agricoles (PIDMA) est lancé le 25 janvier 2015 pour une durée de 5 ans (2015 – 2019). Il constitue l’une de ces initiatives mise en place conjointement par le MINADER et la Banque Mondiale. Le PIDMA, orienté vers la demande et le marché « Market – driven approach », met en rela- tion directe les Acheteurs (Agro-industries, gros- sistes, etc.) et les petits producteurs organisés en coopérative d’après l’Acte uniforme OHADA sur le droit des sociétés coopératives.
Son objectif de développement est de contribuer à la transformation de l’Agriculture de subsis- tance du manioc, du maïs et du sorgho caracté- risée par une faible productivité, en une agricul- ture commerciale avec des chaînes de valeurs compétitives dans les cinq (05) zones agro-éco- logiques du Cameroun.
Au lancement de ses activités, deux coopérations pionnières de la filière sorgho (CROPSEC et SOCOCCEN) débouchent sur leur implémenta- tion par des contrats d’achat signés, leur sous- projet de fourniture du sorgho grain nettoyé à une agro-industrie basée à Douala. > > >
  LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
227
 




















































































   225   226   227   228   229