Page 238 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 238

  238
                   LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
Ministère de l’Environnement,
de la Protection de la Nature et du Développement Durable
Le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable est responsable de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière d’environnement et œuvre également à la gestion rationnelle de la riche biodiversité du Cameroun...
UN TRÉSOR DE BIODIVERSITÉ
Le Cameroun compte parmi les pays les plus riches au monde en matière de biodiversité. Le pays est en effet classé au quatrième rang mon- dial en matière de richesse d’espèces florales et au cinquième en termes de diversité faunique. Il est ainsi considéré comme l’un des points névral- giques de la biodiversité le plus intact et le plus riche du monde. C’est donc un trésor qu’il s’agit de préserver, ce à quoi s’attelle avec efficacité le Gouvernement camerounais.
En effet, la valeur de la biodiversité est énorme et comprend la sécurité alimentaire et une réelle richesse en matière de pharmacopée. L’industrie pharmaceutique et même cosmétique tirent l’es- sentiel de leurs ressources de la diversité géné- tique, ainsi que des systèmes de connaissances traditionnelles sur l’utilisation des ressources bio- logiques et génétiques.
Par ailleurs, au Cameroun, les paysages uniques et magnifiques de la forêt, des écosystèmes marins, du sahel, de la savane et des écosys- tèmes de montagne représentent des attractions de très grande qualité pour l’industrie touristique. Raison de plus pour la sauvegarder.
De façon concrète, la riche diversité biologique du Cameroun comprend 8 300 (huit mille trois cents) espèces de plantes – avec soixante-neuf nouvelles espèces découvertes lors des inven- taires de 2012-2013. Parmi ces espèces, 595 sont strictement endémiques au Cameroun. La faune, quant à elle, comprend 335 espèces de mammifères, 913 espèces d’oiseaux et 542 espèces de poissons.
Toutefois, 10% des espèces florales et 38 espèces fauniques sont menacées d’extinction. A titre d’exemple, cinquante espèces florales dans les points névralgiques sélectionnés d’écosys- tèmes montagneux et forestiers ont déjà disparu et de hautes terres du Nord-Ouest ont perdu 30% de leurs richesses florales.
LA PRÉSERVATION, UN MUST
Il faut rappeler que la planète, sous l’égide des Nations unies, a adopté en 1992 à Rio de Janeiro, une Convention sur la diversité biolo- gique, avec l’engagement de conserver et d’utili- ser durablement cette biodiversité, et assurer davantage le partage équitable des avantages découlant de son utilisation. La Convention est entrée en vigueur en 1993, et a adopté trois Protocoles : la Prévention des risques biotechno- logiques ; le Partage des avantages et le Protocole additionnel sur la Responsabilité et la Réparation en cas de dommages.
Le Cameroun, signataire et participant actif de la Convention sur la biodiversité, a apporté une réponse satisfaisante en matière de gouvernance à l’effet de garantir le respect de ses engagements au titre de la Convention. Il s’agit notamment de la mise en place de toutes les institutions pour permettre la mise en œuvre des objectifs de la Convention au niveau national. Ainsi, le MINEPDED, en tant que structure de tutelle, a pro- cédé à la désignation de Points Focaux Nationaux de la Convention, des trois Protocoles et des domaines thématiques de la Convention, et spé- cialement les Centres d’échanges d’informations.
On peut relever, pour illustration, la Plateforme nationale scientifique et politique sur la biodiver- sité et les services éco-systémiques, qui est une reconnaissance de l’importance de la recherche scientifique et des résultats pour améliorer l’éla- boration de politiques sur la biodiversité.
Au plan de la politique, une multitude d’instru- ments et d’outils ont été adoptés, ainsi que des textes. En outre, les options stratégiques et les priorités pour la biodiversité au Cameroun ont été constamment élaborées et révisées dans le cadre de la Stratégie et du Plan d’Action National pour la Biodiversité. Au final, le Cameroun est aujourd’hui reconnu pour ses efforts importants consentis pour élaborer un arsenal d’instruments juridiques censés assurer
 


















































































   236   237   238   239   240