Page 292 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 292

 292
ADMINISTRATION
 B.P. 6170 - YAOUNDÉ
Tél. (237) 222 086 498 Fax. (237) 222 203 929
E-mail: infos@antic.cm www.antic.cm
                  AGENCE NATIONALE
DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION - ANTIC
Créée par décret en 2002, l’ANTIC, Etablissement Public Administratif doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, est une matéria- lisation de la promesse du Chef de l’Etat, faite dans son discours du 30 novembre 2001, à la faveur de l’inauguration des Centres Multimédias du Lycée Général Leclerc et du Lycée Bilingue d’Essos...
ANTIC, VERS UN CYBERESPACE NATIONAL MIEUX SÉCURISÉ
Cette perception du Chef de l’Etat, qui visait une progression dans le domaine des TIC au sein de l’ensemble de nos Institutions, s’est renforcée par la mise en place d’un cadre juridique, infrastruc- turel, technique et financier, susceptible d’aider à la création d’un environnement serein et sécurisé dans l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication.
La loi n°2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cyber-sécurité et à la cybercriminalité au Cameroun confère à l’ANTIC, placée sous la double tutelle technique et financière du Ministère en charge des télécommunications et du Ministère en charge des finances, la mission de sécurisation des réseaux de communications électroniques et des systèmes d’Information. Cette mission vient s’ajouter à celle de promotion et de suivi de l’action des pouvoirs publics en matière de développement des TIC.
Il y a lieu de relever que l’essor de l’Internet a indéniablement accéléré et facilité l’accès et les échanges d’informations. Cette fulgurante réussite dans la communication a malheureusement favo- risé l’apparition des nouvelles formes de menaces dites cybercriminelles. Ces menaces font courir des risques considérables aux Administrations publiques, aux Entreprises et aux particuliers. Plusieurs personnes physiques et morales au Cameroun ont été victimes d’actes cybercriminels avec de lourdes conséquences financières.
La lutte contre la cybercriminalité est donc devenue un défi majeur relevé par le Gouvernement qui a pris le problème à bras le corps, en se dotant, dans un premier temps, d’un cadre juridique approprié avec la promulgation, par le Chef de l’Etat, de la loi n° 2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cyber-sécurité et à la cybercri- minalité au Cameroun. Cette loi confère à l’ANTIC la mission d’assurer, pour le compte de
l’Etat, la régulation des activités liées à la sécurité des systèmes d’information et des réseaux de com- munications électroniques à travers la veille sécuri- taire, l’audit de sécurité et la certification électro- nique. Pour mener à bien cette lourde mission, l’ANTIC s’est dotée des technologies de sécurité pour veiller à la sécurité du cyberespace national.
LA VEILLE SÉCURITAIRE EN ÉVOLUTION
Par veille sécuritaire, il faut entendre la supervision d’un système d’information afin de prévenir et de répondre aux incidents de sécurité. Elle vise à obtenir des informations en temps réel sur les activités d’intru- sion, les attaques et les faiblesses d’un système.
La veille sécuritaire permet en outre de prévenir les incidents grâce à l’émission d’alertes et de recommandations en matière de sécurité des réseaux de communications électroniques et à travers la surveillance, la détection et la fourniture de l’information sur les risques informatiques et les actes conduits par les cybercriminels.
Pour ce faire, l’ANTIC a mis en place un Centre d’Alerte et de Réponse aux Incidents de Sécurité Informatique ou « Computer Incident Response Team » (CIRT), chargé notamment de :
• La surveillance des infrastructures sensibles du cyberespace national et la réaction en temps réel aux incidents ;
• L’émission des bulletins et des alertes de sécurité ;
• L’élaboration des référentiels de sécurité ;
• L’assistance des usagers, des entreprises et des services de sécurité dans le traitement des inci- dents cybernétiques ;
• La sensibilisation des populations et la forma- tion des personnels de l’Etat notamment ;
• Le suivi des statistiques et la collaboration avec les autres CIRT et Organismes.
 LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
T









































































   290   291   292   293   294