Page 310 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 310

 310
                 LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
A fin juin 2017, l’encours de crédits est de 3 221,1 milliards, en hausse de 10,8 % par rap- port au 30 juin 2016. Cette évolution est tirée principalement par les crédits accordés aux entreprises privées (+8 %) et aux particuliers (+ 14 %). Par contre, les crédits aux entreprises publiques baissent de 21 %.
Les crédits financent essentiellement les branches suivantes : « bâtiments et travaux publics » (20 %) ;«commercedegrosetdedétail»(16,5%);« transport, activités auxiliaires de transport et télé- communications » (15 %) ; « industries extractives » (12,5 %) ; « production-distribution d’électricité- gaz-vapeur-eau » (12 %).
Par type de clientèle, 69,3 % des crédits sont accordés aux entreprises privées, 15,4 % aux particuliers, 5,1 % aux entreprises publiques et 4,3 % à l’administration publique centrale.
A fin décembre 2016, les créances brutes en souffrance représentent 14,2 % de l’encours des crédits, soit 448,9 milliards. Les provisions constituées s’élèvent à 321,5 milliards. Au 30 juin 2017, les créances brutes en souffrance demeurent stables représentant 14,1 % de l’en- cours des crédits, soit 455 milliards. Les provi- sions constituées se chiffrent à 341,5 milliards.
ESSOR DU « MOBILE MONEY »
Selon une étude du MINFI (DGTCFM) en 2017, les services financiers via le téléphone mobile connaissent une hausse de 57,1 % du nombre de comptes fonctionnels entre 2013 et 2015, qui sont passés de 1,4 millions à 2,2 millions. La
valeur globale des opérations a atteint 203,4 mil- liards en 2015 contre 74,1 milliards en 2014.
Deux types de produits sont déployés : les ser- vices impliquant l’usage de la monnaie fiduciaire (opérations de rechargement et de retrait ; ceux effectués en monnaie électronique (achats de marchandises, règlements des factures, paiement des impôts et taxes). L’appropriation de cet instru- ment contribue à l’amélioration du taux d’inclu- sion financière.
Toutefois, l’offre de services financiers reste peu étendue. Les obstacles demeurent, notamment la persistance de la culture du « cash », l’instabilité du réseau de télécommunication, l’insuffisance des points de ventes et la difficulté de pénétration de l’internet.
MICROFINANCE
En 2016, le nombre total d’établissements de microfinance agréés est de 412, dont 370 de première catégorie, 39 de deuxième et 3 de troi- sième. Dans la première catégorie, 245 évoluent au sein des six réseaux suivants : CAMCCUL, MUCADEC, ABC, UCGN, BINUM Tontine et Nowefoch. En 2017, la COBAC a retiré l’agré- ment au réseau Binum Tontine qui compte 18 caisses.
L’activité est caractérisée par : une hausse des dépôts de la clientèle de 4,6 % et des crédits de 6,4 %. Le bilan cumulé des EMF s’élève à 768,2 milliards, en hausse de 3,8 %. Le nombre de comptes de la clientèle augmente de 13,8 % et 188 nouveaux points de vente sont ouverts. Par
 les services financiers via le téléphone mobile connaissent une hausse de 57,1 %




















































































   308   309   310   311   312