Page 337 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 337

                la Commission nationale de la concurrence est créée sous la tutelle du Ministère chargé de la concurrence avec des missions et des compé- tences déterminées par voie réglementaire.
Les normes internationales de transparence, concernant la production, la publication et la dif- fusion des informations de qualité applicables aussi bien au secteur public qu’au secteur privé sont adoptées au Cameroun.
OUVERTURE EXTÉRIEURE
ET INTÉGRATION RÉGIONALE
L’Etat adhère au système multilatéral des échanges notamment les accords de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et les autres mécanismes du développement du commerce international ainsi qu’aux accords de l’Organisation mondiale de la douane (OMD).
L'Etat réaffirme son adhésion à l'option de l’intégra- tion régionale, en particulier dans le cadre de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).
INCITATIONS GÉNÉRALES
Il est institué trois types d’incitations générales : la promotion, la facilitation et le soutien.
La promotion consiste notamment en l’organisation des manifestations et missions localement ou à l'étranger, le partenariat actif, la gestion d'un portefeuille des opportunités, ainsi que le marke- ting des potentialités du pays.
La facilitation consiste notamment en l'assistance et la célérité dans l'accomplissement des formalités, la transparence dans les conditions de traitement des dossiers.
Le soutien consiste notamment en l’appui technique ou financier à la création et à la reprise d'entreprise, et au développement des exportations.
INCITATIONS SPÉCIFIQUES
Les incitations spécifiques se rapportent aux régimes, aux codes sectoriels, aux zones économiques et à la durée des avantages. Il est institué trois régimes :
n Le régime de l'automatique n Le régime de la déclaration n Le régime de l'agrément
Le bénéfice du régime de l’automatique est facile dès réalisation de l'investissement conformément aux conditions spécifiées par les textes. Toutefois, une déclaration récapitulative est faite annuelle- ment auprès du service compétent de l’adminis- tration de l’Etat pour contrôle et validation.
Le régime de la déclaration est accordé dans un délai de deux jours ouvrables consécutifs dans le respect des conditions fixées par voie
réglementaire à compter de la date du dépôt du dossier complet au Guichet unique, ce der- nier est tenu de délivrer, dès dépôt du dossier, un récépissé.
Le régime de l'agrément est accordé à l'investisseur dans un délai maximum de quinze jours ouvrables consécutifs dans le respect des conditions fixées par voie réglementaire à compter de la date de dépôt du dossier complet au Guichet unique, qui est tenu de délivrer, dès le dépôt du dossier, un récépissé.
En cas de non respect par le Guichet unique des délais mentionnés aux alinéas 3 et 4, le régime sollicité est automatiquement attribué à l'investis- seur qui initie en conséquence sans délai une procédure de régularisation.
Les modalités de fonctionnement des régimes ins- titués à l’alinéa 1er du présent article sont déter- minées par des textes particuliers.
Les codes sectoriels sont des outils d’incitation adaptés à un ou plusieurs secteurs d'activités éco- nomiques et/ou couvrant un ou plusieurs domaines techniques de l’économie.
Les zones économiques sont des outils d'incitation classés en zones privilégiées. Elles sont instituées en tant que de besoin dans les conditions de création et d’éligibilité aux droits et principes à déterminer par des textes particuliers en fonction des objectifs du Gouvernement.
Elles peuvent être transformées en offices auto- nomes dans les conditions définies par les textes particuliers. La durée des incitations est déterminée dans les codes sectoriels ou les zones économiques en fonction des activités.
MODE D’APPLICATION DE LA CHARTE
L'élaboration des textes d'application de la pré- sente loi s'effectue sur une base paritaire et tripar- tite, secteur public, secteur privé et société civile.
Les textes d'application prévus à l'alinéa 1 doivent porter l’avis technique préalable du Conseil de Régulation et de Compétitivité prévu à l’article 25.
Contrôle du respect
des textes et de l’exercice des recours
Le recours intenté par l’investisseur, pour non res- pect des dispositions de la présente loi et ses textes d’application, se fait au préalable auprès du Conseil de régulation et de compétitivité.
Promotion et facilitation
des investissements et des exportations
La promotion et la facilitation des investissements et des exportations sont assurées par :
n Le Conseil de régulation et de compétitivité n L’Agence de promotion des investissements n L’Agence de promotion des exportations
LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
337
 































































   335   336   337   338   339