Page 364 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 364

 364
                  LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
STRATEGIE DE FINANCEMENT
DE L’ECONOMIE CAMEROUNAISE
L’Etat développe depuis 2010 sa stratégie pour résoudre les problèmes de financement de l’éco- nomie. Cette stratégie s’appuie sur l’émission des titres publics. Deux catégories d’instruments sont privilégiées actuellement.
• les bons du trésor assimilables (BTA) pour résoudre à court terme les besoins de trésorerie de l’Etat ;
• les obligations du trésor et les obligations du trésor assimilables (OTA) pour le financement à moyen et long termes de l’investissement public.
EMISSIONS EN MONNAIE LOCALE
Dans l’actualité des acteurs du marché, la Société financière internationale (SFI), filiale du Groupe de la Banque mondiale a organisé à Yaoundé, les 17 et 18 septembre 2018 un atelier sous-régional sur les marchés de capitaux en Afrique centrale, défis et opportunités. L’atelier fait suite à la décision du conseil des ministres auprès de la BEAC, à autori- ser la SFI à lancer une série d’emprunts obligataires sur les marchés financiers d’Afrique centrale en monnaie locale (CFA). L’atelier a été l’occasion pour la filiale du Groupe de la Banque mondiale de présenter les expériences similaires en matière de rapprochement des marchés financiers, prenant le cas de l’Afrique de l’Est et en Asie du sud est de levées de fonds en monnaie locale, notamment, avec le Roupie, la monnaie de l’Inde, qui permet- tait également à ce pays de s’ouvrir sur son marché
offshore dans la région asiatique. En Afrique, la SFI a déjà procédé à des émissions en monnaie locale, c’est le cas entre autres du Cameroun en 2009 (7,5 milliards de FCFA), du Nigeria (naira) et du Rwanda (RWF, franc rwandais).
Les travaux, auxquels la Commission des marchés financiers du Cameroun a participé, ont été consacrés le 17 septembre au contexte institution- nel, réglementaire et stratégique des marchés de capitaux en Afrique centrale. La journée du 18 septembre a été dédiée aux aspects techniques et au partage d’expériences par des cas pratiques.
L’émission d’obligations en monnaie locale pré- sente l’avantage pour l‘émetteur, Etat ou institu- tion internationale, de ne pas s’exposer aux chocs exogènes que présente l’utilisation d’une devise (monnaie étrangère), notamment en cas de fluctuation à la hausse du taux de change avec la monnaie locale.
FINANCEMENT DES ENTREPRISES
De nombreux experts jugent que le financement à travers la bourse résout deux problèmes essentiels dans l’environnement d’entrepreneuriat : trouver des fonds prêtés à taux raisonnable, crédibiliser la société qui emprunte et garantir du même coup à ses partenaires qu’elles peuvent lui faire confiance sur le long terme. Pierre Ekoule Moungue, directeur général de la bourse de Douala dans son invite permanente aux acteurs de la vie économique nationale et même régionale le dit précisément : « Ce nouveau véhicule de finan- cement de l’économie camerounaise permet aux uns, entreprises, Etat du Cameroun, et collectivités locales, de disposer de financements à long terme et aux autres, investisseurs institutionnels et particu- liers, d’optimiser les revenus de leurs placements ».
L’Etat qui recherche aussi de l’argent afin de finan- cer ses chantiers d’envergure l’a compris et expéri- menté. N’empêche, les entreprises camerounaises ne semblent pas voir autant d’avantages au-delà du papier sur lequel ils sont peints. Le paradoxe est remarquable même au point de vue du ministère des Finances (MINFI) qui a mené une campagne publicitaire en faveur de la bourse : les entreprises publiques ou privées, rechignent encore à postuler sur le marché financier. Pourtant, déplore le même MINFI, les entreprises camerounaises, qu’elles soient propriété de l’Etat ou contrôlées par le privé, se plaignent en permanence des difficultés d’accès aux financements dans les banques classiques.
La récente opération de charme du ministère des Finances a permis aux experts de la direction générale du trésor de parcourir le pays et tout d’abord de donner aux opérateurs économiques les clés de l’accès au marché financier local. « Les taux sont attractifs, les avantages et les oppor- tunités en matière de notation et de mobilisation des ressources compétitifs ».
Salle des marchés de la Douala Stock Exchange


















































































   362   363   364   365   366