Page 78 - Atouts Economiques Cameroun-2019-FR
P. 78

 78
                  LES ATOUTS ECONOMIQUES DU CAMEROUN
Gagner ce combat passe notamment par la lutte contre les fléaux sociaux dits émergents, comme le phénomène des Sans Domicile Fixe (SDF), celui des Enfants de la Rue (EDR), l’abandon, l’exploi- tation et le trafic des personnes, spécifiquement des enfants et des femmes, la pédophilie, la cybercriminalité, les abus physiques sur les per- sonnes handicapées et âgées, la drogue et la toxicomanie, etc. Des fléaux dont la propagation grève considérablement les budgets alloués aux secteurs sociaux, remettant ainsi en cause leur effi- cacité au regard des ressources financières mas- sives parfois injectées pour juguler ces problèmes.
Face à la situation, le Gouvernement, dans le cadre de la mise en œuvre de la Vision 2035, a initié des mesures porteuses. Pour une prévention et une réduction substantielle des fléaux sociaux qui sont de nature à maintenir, voire aggraver la frac- ture sociale et à exclure des hommes et des femmes dont la contribution pourrait être déterminante en vue de l’émergence. Il s’agit de mener une lutte synergique et efficace contre les fléaux sociaux.
CROISSANCE À VISAGE HUMAIN
En vue de l’implémentation de cette politique huma- niste orientée vers la promotion d’une croissance durable à visage humain et la redistribution de ses fruits jusqu’aux couches les plus vulnérables de la population, le Ministère des Affaires Sociales est donc à la baguette, de par ses missions. Cette res- ponsabilité appelle depuis quelques années l’opé- rationnalisation d’une stratégie ministérielle princi- palement axée vers l’entrepreneuriat social, dont la finalité est, par la mobilisation tous azimuts des res- sources additionnelles nécessaires à l’inclusion socio-économique et l’autonomisation des Personnes Socialement Vulnérables, de les faire muter du statut de simples bénéficiaires de l’assis- tance publique à celui d’acteurs de croissance, de charges sociales à acteurs de développement.
A cette fin, le décret N°2017/383 du 18 juillet 2017 portant organisation du MINAS vient de le doter d’un nouveau cadre organique et fonction- nel, dont les aménagements traduisent une volonté de répondre davantage aux besoins spécifiques des Personnes Socialement Vulnérables, d’optimi- ser les services à offrir aux cibles, d’en accroître la lisibilité, et de rapprocher autant que possible ces prestations de leurs bénéficiaires. Remplir ces exi- gences appelle dès lors des actions plus ciblées.
CRPH DE MAROUA : PROJET D’ENVERGURE
Une action d’envergure en cours est le projet de construction, d’équipement et d’opérationnalisa- tion du Centre de Réhabilitation des personnes handicapées (CRPH) de Maroua. Objectif à terme : assurer l’accès des populations vulnérables, et particulièrement les handicapés, qu’elles viennent du Cameroun ou de la sous-région, aux soins de
rééducation fonctionnelle et à la réhabilitation. Le Centre va garantir l’encadrement en internat des personnes handicapées ; assurer la prise en charge à domicile des patients dont le handicap ne nécessite pas d’hospitalisation ; préparer la réinsertion socioéconomique des personnes handi- capées à travers des formations à des métiers por- teurs ; fabriquer localement des prothèses, tricy- cles, cannes anglaises et monter sur place des fau- teuils roulants ; assurer la formation de spécialistes en rééducation et réhabilitation.
Le Centre comportera, entre autres : des unités d’accueil et consultation, de chirurgie, d’interven- tions sociales, d’analyses et diagnostics, de rééducation fonctionnelle et appareillage, de for- mation continue. Mais aussi un internat de 60 places de trois blocs de 20 chacun, un pavillon haut standing, des logements d’astreinte pour les personnels, un centre de loisir et de récréation pour personnels, malades et visiteurs, un com- plexe sportif pour handicapées et personnes valides, et des espaces verts.
Le projet s’exécute en quatre phases : la pre- mière est consacrée à la construction et à l’équi- pement du Centre, jusqu’en 2019. La deuxième, portant sur la formation du personnel technique, s’étend jusqu’en 2021. La troisième phase est celle de la construction des logements des per- sonnels et autres espaces de loisir autour du cen- tre, qui s’étend également jusqu’en 2021. La dernière phase est destinée à l’opérationnalisa- tion du Centre, d’une durée de 5 ans à compter de la mise en fonctionnement du Centre n
Signature d’une convention par la MINAS relavive au projet du Centre de Réhabilitation des personnes handicapées (CRPH) de Maroua






















































































   76   77   78   79   80